A petaouchnoc

A petaouchnoc

Windows vous trace, piégez-le!

 

 

Dés que vous êtes connecté sur le net Windows vous trace et vous fiche ! Quel crime avez-vous commis ? Lui seul le sait. Mais peut-être qu’il vous considère comme un esclave et votre ordi c’est votre chaine qui le rattache à lui ?

 

Mais comment fait Windows pour le savoir ? Et bien il tente de se connecter au net en allant taper sur http://www.msftncsi.com/ncsi.txt et sur les DNS dns.msftncsi.com (131.107.255.255). NCSI ça veut dire Network Connectivity Status Indicator.

 

Traduction : Dès que vous allumez votre ordinateur, et que vous êtes connecté au net, Microsoft récupère votre adresse IP sans vous prévenir et la stocke dans les logs de son serveur IIS, sans aucun chiffrement.

A-t-il de bonnes raisons techniques de le faire ? Rien n’est moins sur. Sachez que votre ordinateur ne vous appartient pas. Bienvenue, vous dit-il. C’est comme votre argent. Les banques vous créditent. Mais si ça vous dérange, vous pouvez bloquer ça de différentes manières, pas les banques, Windows :

 

Dans la barre de recherche , « cherchez programmes et fichiers »,  tapez « « regedit » .

 

Via la base de registre, HKEY_LOCAL_MACHINE > SYSTEM > CurrentControlSet > Services > NLaSvc > Parameters > Internet puis passez la valeur de EnableActiveProbing à 0

 

Mots-clef: base de registre,Windows,machine, ordinateur, regedit,net,adresse IP,serveur,banque,argent,crédit,


07/06/2017
1 Poster un commentaire

Patrick O'Brian, les aventures de Jack Aubray

 

Une fabuleuse collection de livres sur la mer en 20 tomes. Je les ai lus en une traite en une traversée de l'atlantique.

 

 

O brian.JPG

 

     Un salon de musique, en 1800. On y écoute le quatuor en ut majeur de Locatelli. Un des auditeurs bat la mesure. Cela indispose son voisin, un jeune homme triste et pauvre, qui lui donne un coup de poing dans les côtes. L'affront doit être lavé. Ainsi, avec un de ces duels qui avaient déjà guidé d'Artagnan vers les Mousquetaires, naît une amitié aussi étrange que vraisemblable. Elle unira pendant vingt volumes Jack Aubrey, lieutenant puis capitaine de la Royal Navy à l'époque des guerres napoléoniennes, et le docteur Stephen Maturin, chirurgien, ornithologue et agent secret de Sa Très Gracieuse Majesté. Leurs aventures les mènent sur toutes les mers du globe et forment une suite qui est l'un des plus étonnants romans fleuves du XXe siècle. C'est aussi l'œuvre pleine de finesse et d'humour d'un très grand écrivain qui réussit le miracle de signer des romans de mer où tout ce qui se passe à terre fascine.


10/03/2016
1 Poster un commentaire

Laurence Labbé

 

Comment je n'ai jamais réussi à attraper le père Noël

 

cle père noel.JPG

 

 

 Les commentaires des lecteurs sur amazon.

laurence labbé.JPG

 

Page auteur et livres de Laurence Labbé:

 


    Son troisième roman, "Comment je n'ai jamais réussi à attraper le père Noël", un conte satirique humoristique, écrit en une semaine pour participer au concours de la rentrée des auteurs indépendants Kindle, a séduit 400 lecteurs le premier mois de sa parution et est resté plus de 80 jours jours dans le top 100 des ventes de livres d'Amazon.

 

Site de Laurence Labbé.

 


Son témoignage sur l’auto édition: les tribulations d'une lectrice.



L’interview du blog "les tribulations d’une lectrice"

 


Mots clefs: Laurence Labbé, roman humoristique, conte satyrique, roman, amazon, top 100 amazon, tribulation d'une lectrice, 


27/02/2016
0 Poster un commentaire

(Elixir) La liqueur du Suédois

 

La Liqueur du Suédois (Elixir)

 

 

     La panacée universelle pour tout guérir!

    Je vis avec une herboriste allemande, fille de vétérinaire aussi. Je me fais expliquer tous ses vieux livres et grimoires.

 

    La liqueur du Suédois est une panacée. Difficile à fabriquer, elle est en vente dans les pharmacies allemandes et Suisse. Elle est aussi en vente dans certaines pharmacies françaises. Un ami l'a acheté, complètement inefficace. Logique, quand on sait que les racines d’orties (elles détruisent  les tumeurs cancéreuses) , la consoude (guérit les blessures articulaires et musculaires) , etc, sont interdites de vente et les plantes efficaces protégées. Avant de l'acheter assurez vous qu'elle contient bien la Thériaque vénitienne. Et surtout pas conditionnée en bouteille plastique.

 

   Pour la Suisse,  faites vos recherches avec Google ch, pour l'Allemagne Google de.Fuyez comme la peste les trucs agréés pharmacie française!

 

 

 

 

Composition :

 

- 10 g de poudre d’Aloès *

- 05 g de Myrrhe

- 0,2 g de Safran

- 10 g de feuilles de Séné

- 10 g de Camphre **

- 10 g   de racine de Rhubarbe

- 10 g de racine de Zédoaire (curcuma)

- 10 g de Manna

- 10 g de Thériaque Vénitienne ***

- 05 g de racine de Carlinae

- 10 g de racine d’Angélique

 

     On peut remplacer l’aloès par de la poudre d’absinthe.

 

     Le camphre doit être du camphre naturel et uniquement d’origine chinoise.

 

    La thériaque Vénitienne est composée de 64 plantes. Voici la Thériaque du pauvre ou thériaque des allemands 4 plantes : Aristoloche ronde, baies de laurier, Myrrhe et Gentiane réduit en poudre.

 

 

 suedois aloes.JPG

 

    L'aloé pousse un peu partout dans le monde. Son suc est particulièrement bénéfique pour les maladies de peau. Il les soigne à peu près toutes.

 

suedois myrrhe.JPG

    La myrrhe est une gomme-résine aromatique produite par l'Arbre à myrrhe (Commiphora myrrha ou Commiphora molmol).

 

suedois safran.JPG

 

    Le safran est une épice extraite de la fleur d'un crocus, le Crocus sativus L. (Iridacée). On l'obtient par déshydratation de ses trois stigmates rouges (extrémités distales des carpelles de la plante)Bon régulateur des règles, il soulage les douleurs menstruelles ainsi que les douleurs lombaires qui les accompagnent.

 

suedois séné.JPGsuedois senné deux.JPG

    Originaire de l’Inde, le séné (cassia angustifolia) est connu pour les propriétés laxatives de ses feuilles et de ces fruits.

 

 

Fabrication de la Thériaque Vénitienne

(au vu du nombre des plantes, la fabrication n’est pas aisée).

 

   - Opium de Smyrne 120 g

  -  Gingembre 60 g

  -  Iris de Florence 60 g

  -  Valériane 80 g

  -  Acore aromatique 30 g

  -  Rapontic (rhubarbe) 30 g

  -  Quintefeuille (potentille) 30 g

  -  Racine d’aristoloche probablement Stephania tetrandra (en) à l'origine 10 g

  -  Racine d’asarum 10 g

  -  Racine de gentiane 20 g

  -  Racine de meum 20 g

  -  Bois d’aloès 10 g

  -  Cannelle de Ceylan 100 g

  -  Squammes de scille 60 g

  -  Dictame de Crète (marjolaine) 30 g

  -  Feuilles de laurier 30 g

  -  Feuilles de "scordium" (Teucrium scordium) 60 g

  -  Sommités de calament 30 g

  -  Sommités de "marrubes" (Marrubium vulgare) 30 g

  -  Sommités de "pouliot des montagnes" (peut-être une espèce de menthe ou de germandrée)    30 g

  -  Sommités de germandrée petit-chêne ("chamaedrys") 20 g

  -  Sommités de "chamaepitys" (un bugle soit Ajuga iva, soit Ajuga chamaepytis) 20 g

  -  Sommités de millepertuis 20 g

  -  Rose rouge 60 g

  -  Safran 40 g

  -  Fleurs de stoechas (lavande) 30 g

  -  Ecorce sèche de citron 60 g

  -  Poivre long 120 g

  -  Poivre noir 60 g

  -  Fruits de persil 30 g

  -  Fruits d’ammi 20 g

  -  Fruits de fenouil 20 g

  -  Fruits d’anis 50 g

  -  Fruits de "séseli de Marseille" (Seseli tortuosum) 20 g

  -  Fruits de daucus de Crète (carotte) 10 g

  -  Fruits d’ers (Vicia ervilia 200 g

  -  Fruits de navet 60 g

  -  Fruits de petit cardamome 80 g

  -  Agaric blanc (champignon de Paris) 60 g

  -  Suc de réglisse 120 g

  -  Cachou 40 g

  -  Gomme arabique 20 g

  -  Myrrhe 40 g

  -  Oliban 30 g

  -  Sagapénum (gomme séraphique) 20 g

  - Galbanum (extrait de férule) 10 g

  - Opopanax 10 g

  - Benjoin 20 g

  - Castoréum 10 g

  - Mie de pain 60 g

  - Terre sigillée 20 g

  - Sulfate de fer sec 20 g

  - Bitume de Judée 10 g

 

   Toutes ces plantes et substances étaient desséchées et pilées. Le pilage était passé au tamis de soie de manière à obtenir une poudre très fine et à laisser le moins possible de résidus : il devenait alors la poudre thériacale.

 

La Thériaque Vénitienne était composée de

 

- 1000 grammes de cette poudre.

- 50 grammes de térébenthine de Chine.

- 3500 grammes de miel blanc.

- 250 grammes de vin de Grenache.

 

 Carlinae.JPG

    La Carline pousse sur les versants ensoleillés dans les prairies et sur les terrains en friche. La tige porte une fleur épineuse dont les fruits sont des akènes à aigrettes. Cette plante a longtemps été utilisée pour soigner les infections de la peau et pour traiter le ver solitaire et la peste. Elle  contient de l'inuline. Pour être réduite en huile essentielle.

 

 

Petite liqueur du Suédois

 

 

     Les composants ci-contre sont mis dans un flacon de 2 litres, à large col, fermant bien. Verser 1,5 litre d’alcool à 38-40° ou de bon alcool de fruits et laisser macérer pendant 15 jours au soleil ou près d’un poêle (200 environ). Agiter le flacon tous les jours ainsi qu’ultérieurement, avant chaque prélèvement ou usage.

 

    Au bout de 15 jours on peut commencer à prélever de la liqueur dans une petite fiole fermant bien et qu’on conservera au réfrigérateur. L’alcool et les plantes peuvent rester ensemble indéfiniment. Plus vieille est la liqueur, meilleure elle est.

 

    Cette recette du célèbre médecin suédois, le Dr. Samst, Recteur de l'Académie de Médecine, a été trouvée, écrite de sa propre main, après sa mort. Le Dr. Samst mourut à 104 ans d'une chute de cheval. Ses parents et grands-parents avaient atteint eux aussi un âge canonique.

 

   Bien que cela semble une fable, cette liqueur est miraculeuse pour toutes les maladies,  toutes les infections sans exception, les fractures, etc.

 

 

Elle soigne entre autres :

 

- Le typhus et la peste (vous avez bien lu)

- Les intoxications alimentaires tel que le botulisme…

- La méningite, la déformation des articulations…

- L’épilepsie, le bégaiement, les maladies de peau, les démangeaisons de touts sortes…

- La perte de l’audition…

- En cataplasme sur l’œil le décollement de la rétine….

- L’affection pancréatique et sa gastrite, les coliques néphrétiques par compresses…

- les piqures d’insectes venimeux, les morsures de serpents,

 

      les naevi, les verrues, les taches de naissance, les glandes sébacées hypertrophiées et les angiomes, diminuent, puis disparaissent, quand on les badigeonne souvent avec de la liqueur, de même, les œils-de-perdrix et les hémorroïdes.

 

       Les acouphènes : les sifflements ou les bourdonnements d’oreilles sont calmés en mettant un tampon imprégné de liqueur dans le conduit.

 

      Les gouttes renforcent la mémoire si on s'en passe souvent sur les vertèbres cervicales. Elles sont dépuratives et activent la circulation du sang, préviennent les coliques, la mauvaise digestion, les maux de tête, tous les maux d’estomac et les troubles biliaires, les maladies du foie et des reins (On peut les utiliser même s il y a interdiction totale d'alcool.)

 

     Les cas de thrombose et de phlébite sont traités par une application de pommade de souci épaisse comme une lame de couteau, recouverte elle-même de compresses à la «Liqueur du Suédois». Après guérison, il faut faire des bains de pieds d’ortie pour activer la circulation du sang.

 

     La liqueur empêche la paresse intestinale, les étourdissements et même les paralysies.

 

     Pour chaque maladie, elle apporte une aide inestimable. Elle soigne même le cancer.

 

     Contre les douleurs aiguës, on prend une cuillère à soupe de liqueur dans un peu d’eau ou de tisane. Si on prend trois fois par jour, matin, midi, et soir, une cuillerée à thé dans un peu d'eau ou de tisane, on conserve la santé et son allant jusqu'à un âge avancé.

 

     Comme on peut utiliser la liqueur contre toutes les maladies sans exception, on peut parler d'une constitution ou d’une conservation de la santé humaine. Elle réveille la joie de vivre et renforce les forces vitales, toutes choses dont on a besoin à l'heure actuelle. Grâce a ce merveilleux élixir, gardez votre santé, votre ardeur et votre joie au travail, pour votre famille et votre prochain.

 

     Un enfant allait subir une opération dans l'oreille. Derrière le tympan, un foyer d'infection purulente s'était formé à la suite d'une inflammation. L’herboriste allemand était contre contre une opération, car dans de tels cas l'ouïe est souvent perdue. Il a donc trempé des mèches de coton dans de la liqueur et les a introduites dans l'oreille du gamin. L'écoulement d'une grande quantité de pus de l'oreille fit que les douleurs s'apaisèrent rapidement, si bien qu'une opération s'avéra inutile.

 

     Dans un cas de cancer incurable de l'intestin, la malade était une jeune mère de 5 enfants, le médecin ne lui laissait que quelques jours à vivre. Des compresses sur la partie malade de  l'intestin, en même temps que de la tisane de racine de roseau odorant (que l 'on met à macérer toute une nuit, une tasse d’eau froide pour une cuillère à thé à ras bords de racine de roseau), une gorgée avant et après chaque repas, et, comme dépuratif, de la tisane, à parts égales, de souci, d'ortie et d'achillée. (boire au moins deux litres par jour, par petites gorgées). Aujourd'hui, la femme va si bien qu'on peut escompter une guérison totale.

 

     Un homme âgé de 41 ans, qui habite à Sacramento (Californie) souffrait d'hémorragies intestinales quotidiennes depuis 10 mois. Le diagnostic médical était un cancer des intestins, et on envisageait de lui placer un anus artificiel.  Dès après les soins avec la liqueur du Suédois, les hémorragies cessèrent dès le 4ème jour, et il a pu reprendre travail après un an de traitement. Peu à peu la fatigue et la perte de poids furent éliminées.

 

     Un homme de 52 ans était soigné depuis 10 ans pour des problèmes cardiaques et devait avaler huit comprimés tous les jours. Il ne pouvait plus dormir qu'assis, à chaque pas il devait lever les bras pour aspirer l'air et partant râlait d'une manière pitoyable. L’herboriste diagnostiqua que ses difficultés respiratoires ne venaient pas du cœur mais du foie. Il lui posa donc, dans la région du foie, une compresse de «Liqueur du Suédois». A partir de ce jour, il devait boire, matin et soir, une tasse de lycopode avec une cuillère à thé de liqueur. Dés la première nuit, il put enfin dormir couché. Les difficultés respiratoires l’empêchaient de faire un seul pas dehors depuis des années, mais trois jours après il faisait, deux fois par jour, le tour de son jardin. Maintenant, il va lentement mais sûrement vers sa guérison.

 

     Une plaie opératoire vieille de trois ans ne se fermait pas. Elle s'est cicatrisée après que le patient eut avalé une bonne gorgée de «Liqueur du Suédois». Cette seule gorgée déclencha la fermeture de cette plaie qui était ouverte depuis trois années et qui devait être pansée plusieurs fois par jour.

 

      D'autres inflammations suppurantes depuis des années, souvent causées par des accidents qui avaient nécessité soit des ponctions, soit des opérations, ont été, ainsi qu'il m'a été rapporté, guéries par des compresses et l'ingestion de «Liqueur du Suédois».

 

      Une femme avait depuis sa naissance, des difficultés d’audition. Lors d’une consultation à la clinique de l’université, on lui avait expliqué qu’une opération n'apporterait aucune amélioration. Sa nièce conseilla de prendre des gouttes de liqueur et d'en mettre aussi dans le conduit auditif. Après un traitement de 15 jours, tous furent étonnés du résultat, la femme avait retrouvé l'ouïe.

 

     Un homme qui était devenu sourd en 1944, à la suite d'une grave blessure de guerre à la tête avec lésions cervicales. a recouvré l’ouïe en une nuit, après s’être mis trois fois des cotons imprégnés de liqueur dans les oreilles.

 

     La liqueur du Suédois calme aussi les douleurs causées par des blessures accidentelles

 

    Une femme souffrait depuis deux ans d'un relâchement du sphincter anal. Les médecins estimaient qu'aucune amélioration ne pouvait être apportée à son cas. (La «Liqueur du Suédois» associée à la bourse-à-pasteur - couper menu la plante et laisser macérer dans un bon bol d'alcool de fruit, 10 jours durant, au chaud ou au soleil. Cette liqueur guérit les atrophies musculaires et les maladies des muscles), Quatre tasses d'alchémille et six gorgées de tisane de racine de roseau odorant par jour, remirent les choses rapidement en état.

 

    La «Liqueur du Suédois» peut être bue, quand il y a une interdiction totale de l’alcool. Des essais de laboratoire crédibles montrent que les effets des extraits d'herbes surpassent de loin ceux de l’alcool qui les dissout. De ce fait on peut prendre la liqueur sans effet nocif. Il est toutefois raisonnable de commencer par une cuillère à thé par jour en pratiquant, en même temps, la pose de compresses sur les reins ou le foie. (Voir utilisation à la fin de l’article.)

 

 

COPIE DU « VIEUX MANUSCRIT » (Liste des pouvoirs curatifs des «Herbes du Suédois»)

 

1°    Si tu en respires souvent, que tu t’en tamponnes la base du crâne, que tu t'en fasses une compresse sur la tête, tu éloignes douleurs et vertiges, et renforces la mémoire et le cerveau.

 

2°   Elle (la liqueur) aide contre la vue trouble, combat les rougeurs et toutes douleurs, même quand le yeux sont irrités, troubles et la vue floue. Elle repousse la cataracte et le trachome, si, en temps utile on en mouille le coin des yeux ou qu'on  en mette une compresse sur les yeux fermés.

 

3°    La petite vérole (variole), les éruptions  de tous genres, même les croûtes dans le nez et n’importe où sur le corps, sont guéries si on les tamponne souvent et abondamment.

 

4°    Le mal de dents se guérit en prenant dans la bouche une cuillère à soupe pleine de liqueur, avec peu d’eau. On l’y garde un certain temps ou  on en mouille la dent douloureuse avec un petit chiffon. La douleur s'apaise et l'infection s'en va.

 

5°   Les aphtes et les autres affections de la langue, seront souvent tamponnées et alors la guérison viendra vite.

 

6°   Quand la gorge est enflammée ou irritée, de telle sorte qu'on avale difficilement la boisson et la nourriture, prends-en, matin, midi, et soir. Fais-la descendre et cela calmera l'inflammation et guérira la gorge.

 

7°    Si tu as des crampes d'estomac, dès la crise, bois-en une cuillère à soupe.

 

8°    Les coliques, tu les feras passer en prenant lentement trois cuillères à soupe. Tu sentiras bientôt le mieux-être.

 

9°    Elle supprime les ballonnements, refroidit le foie, dissipe les maux d'estomac et des intestins, et guérit la constipation.

 

10°  C'est un remède excellent pour l'estomac qui digère mal et qui ne garde pas les aliments.

 

11°   Les douleurs de la vésicule biliaire sont guéries si tu en prends le matin et le soir, une cuillère à soupe, tôt le matin, et le soir, tu feras aussi       une compresse la nuit sur le foie.

 

12°   L'hydropisie sera combattue par une cuillerée à soupe matin et soir dans un peu de vin blanc.

 

13°   Les sifflements et les douleurs d'oreilles s'en vont si tu mets un tampon imbibé dans le conduit. Tu feras de même si tu as perdu rouie.

 

14°   Quand une femme est en couches, donne-lui trois jours de suite une cuillerée à soupe dans du vin rouge, puis une demi-heure après, fais-la promener. Après, elle pourra prendre son petit déjeuner, toutefois sans lait (la liqueur ne doit pas être prise après du lait).

 

15°    Les quinze derniers jours de la grossesse, matin et soir, boire une cuillerée à soupe aide à l'accouchement. Pour faciliter la sortie des délivres, donner à l'accouchée, une cuillère à café toutes les deux heures jusqu'à ce que les délivres sortent sans douleurs.

 

16°    A la montée du lait si l'inflammation s’installe, elle sera vite éteinte par des compresses humides.

 

17°    Elle extirpe la petite vérole (variole) des enfants. Quand les cloques commencent à sécher, les tamponner avec la liqueur et il n'y aura pas de cicatrice.

 

18°    Elle expulse les vers, même les vers solitaires, des enfants et des adultes. Il faut seulement adapter la dose selon l'âge des enfants. Une compresse imbibée doit être maintenue sur le nombril par une bande et réhumectée si nécessaire.

 

19°   Les malaises de la jaunisse sont bientôt chassés si tu en prends trois cuillères à soupe par jour et si tu t'en fais des compresses sur le foie.

 

20°  Elle guérit les hémorroïdes, soigne les reins, expulse sans autre cure les humeurs hypochondres du corps, chasse la mélancolie et la dépression, excite l'appétit et facilite la digestion.

 

21°   Elle guérit les hémorroïdes, surtout si on les tamponne dès le début et si on boit de la liqueur le soir avant de dormir. A l'extérieur, mettre un petit tampon imbibé. Il fera couler le sang superflu et empêchera la brûlure.

 

22°   Si ton prochain est sans connaissance ouvre-lui la bouche, si nécessaire, et mets-y une cuillère à soupe de liqueur. Le malade reviendra bientôt à lui.

 

23°    Ce médicament dissipe la douleur des crampes si tu le bois et elles disparaissent avec le temps.

 

24°    Contre la phtisie en prendre à jeun et poursuivre la cure pendant six semaines.

 

25°   Quand une femme n'a pas ses règles ou qu’elle les a trop abondantes, elle prendra de la liqueur trois jours de suite et recommencera 20 fois cela. Cela diminuera l'excédent ou remédiera aux insuffisances.

 

26°    Ce médicament guérit aussi les pertes blanches.

 

27°   Si quelqu'un est atteint du haut mal (épilepsie), il faut lui en faire boire sur le champ. Le malade devra absolument continuer à en prendre, car  la liqueur renforce les nerfs lésés, ainsi que le corps et elle éloigne toutes les maladies.

 

28°    La liqueur guérit les paralysies, écarte les étourdissements et les malaises.

 

29°    Elle soigne aussi la petite vérole (variole) et l érésipèle.

 

30°   Qui a de la fièvre brûlante ou froide et qui est en grande faiblesse, qu'on lui en donne une cuillère à soupe et le malade, s'il n’a pas chargé son corps d’autres médicaments, reviendra bientôt à lui, le pouls recommencera à battre et même si la fièvre était très haute, il ira bientôt mieux.

 

31°   La liqueur guérit aussi le cancer, les petites véroles anciennes, les verrues et les mains crevassées. Si une blessure est vieille ou  purulente ou si elle présente des excroissances, bien laver avec du vin blanc, puis recouvrir d'une compresse imprégnée. La liqueur guérit les enflures et les douleurs empêche les excroissances et la blessure commence à se cicatriser.

 

32°   Elle guérit sans risque toutes les blessures, qu’elles soient par contusions ou ouvertes, si on les humecte souvent. On prend un linge, on le  trempe dedans et on recouvre la blessure. La liqueur chasse la douleur en peu de temps, empêche l'inflammation et l'infection et guérit aussi les vieilles blessures profondes causées par arme à feu. Il faut faire couler la liqueur dedans et il n'est pas indispensable de la nettoyer auparavant. En renouvelant souvent la compresse humectée, la cicatrisation se fera en peu de temps.

 

33°   Elle fait disparaître toutes les cicatrices, même si elles sont anciennes, qu'elles soient de coupure ou de blessures, pourvu qu'on les humecte au moins 40 fois. Toutes les blessures qui auront été soignées avec cette liqueur ne laissent pas de cicatrices.

 

34°   Elle guérit radicalement les fistules même si elles paraissent incurables et quel que soit leur âge.

 

35°   Elle guérit toutes les brûlures, qu’elles soient par le feu, l’eau bouillante ou la graisse, pourvu qu'on les humecte souvent. Il ne s'y forme aucune cloque, l'inflammation est écartée, même les cloques avec du pus sont guéries.

 

36°    Elle est efficace contre les bosses et les bleus, qu'ils viennent de heurts ou de coups.

 

37°    Si quelqu'un a perdu l'appétit, elle le lui rendra.

 

38°   Les couleurs perdues par l'anémie grave seront retrouvées si on prend de la liqueur, le matin, un certain temps. Elle nettoie le sang, en forme du nouveau, et active la circulation.39° Les douleurs rhumatismales dans les membres, disparaissent si on la prend matin et soir et si on en met en compresses sur les endroits douloureux.

 

40°    Les gelures aux pieds et aux mains seront guéries, même s'il existe des plaies ouvertes. Il faut appliquer des compresses, aussi souvent que possible, mais essentiellement la nuit.

 

41°   Sur les cors, il faut mettre un petit tampon imbibé et le maintenir, toujours humide, à l'endroit douloureux. Les cors tombent seuls au bout de 3 jours ou on peut les arracher sans douleur.

 

42°    Elle guérit aussi les morsures de chiens et d’autres bêtes, car elle annihile tous les poisons, quand on en boit. Il faut aussi faire des compresses sur la blessure.

 

43°   Pour la peste et les autres maladies contagieuses, il faut en prendre de nombreuses fois, car elle guérit les bubons et les ulcères pesteux, même si on les a déjà dans le cou.

 

44°    Celui qui dort mal en prendra avant de se coucher. Les insomnies nerveuses sont soignées avec une compresse humectée avec de la  liqueur diluée, posée sur le cœur.

 

45°    Un homme ivre est dessaoulé sur le champ, si on lui en fait boire deux cuillères à soupe.

 

46°    Qui prend cette liqueur matin et soir, n’a besoin d’aucune autre médecine, car elle fortifie le corps rafraîchit les nerfs et le sang, empêche le tremblement des mains et des jambes. En bref, elle s'oppose à toutes les maladies, le corps reste vigoureux et le visage jeune et beau. Important: Toutes les doses indiquées doivent être diluées dans de l'eau ou de la tisane.

 

     Les paragraphes ci-dessus du «vieux manuscrit» montrent bien la merveilleuse vertu curative de ce mélange de plantes . On peut dire, à juste titre, qu’il n’y a pas une maladie que la préparation ne puisse guérir. Au minimum elle est à la base de tout traitement.

 

UTILISATION

 

Usage interne:

 

     A titre prophylactique, prendre selon ce qui est dit dans le «vieux manuscrit», une cuillère à thé de liqueur diluée, matin et soir. Pour les indispositions quelles qu'elles soient, prendre trois cuillères à thé diluées. Pour les maladies graves, prendre par jour deux à trois cuillères à soupe comme suit: diluer chaque cuillère dans 1/8 de litre de tisane. Prendre cette préparation moitié une demi-heure avant et moitié une demi-heure après chacun des repas.

 

Compresses de «Liqueur du Suédois»:

 

       Selon l’endroit, on prend un morceau d’ouate, de coton ou d'ouate de cellulose, on le mouille avec la liqueur et on le pose sur l'endroit à traiter, qu'on a auparavant enduit de saindoux ou de pommade de souci. On couvre avec une feuille de plastique afin de ne pas tacher le linge et on tient en place avec un linge ou une bande élastique.

 

mots clefs: élixir Suédois, Maria Treben, poudre d’Aloès, Myrrhe, Safran, feuilles de Séné, Camphre, racine de Rhubarbe, racine de Zédoaire, curcuma, Manna, thériaque Vénitienne, fabrication de la thériaque, racine de Carlinae, racine d’Angélique

 


16/02/2016
0 Poster un commentaire

La récolte, la conservation et la préparation des plantes

 

Généralités

 Récolte

 

     Il est primordial de savoir reconnaître les plantes pour les récolter. Cette connaissance acquise, il faut savoir où, quand et comment y procéder.

 

     Les meilleurs résultats sont obtenus avec des plantes fraîches, qui sont d’ailleurs indispensables dans les cas de maladies graves. Chacun peut récolter des plantes fraîches dès le début du printemps, quelquefois, déjà fin février et jusqu’en novembre. D’aucunes peuvent même être récoltées l’hiver sous la neige pour peu que l’on sache exactement où les trouver (par exemple, la chélidoine majeure).

 

Pour les FLEURS, c’est au début de la floraison.

 

Pour les FEUILLES, avant et pendant la floraison.

 

Pour les RACINES, au début du printemps ou de l’automne. Pour les FRUITS, au moment où ils sont mûrs.

 

     Pour l’hiver, il faut se préparer une réserve de plantes séchées, mais pas trop importante. Il faut les récolter au moment où elles contiennent le maximum de leurs principes actifs. De plus, il convient de respecter les règles suivantes :

 

a)         ne récolter que des plantes saines, exemptes de parasites,

 

b)         récolter par journée ensoleillée des plantes sèches après évaporation de la rosée,

 

c)         ne ramasser les plantes que dans des endroits où il n’est pas répandu d’engrais chimique,

 

d)         ne pas récolter sur les berges de cours d’eau sales ou pollués, le long des talus de chemin de fer, de routes à fort trafic, d’autoroutes, et à proximité de complexes industriels,

 

e)         épargnez la nature (n’arrachez pas les plantes avec les racines, ne les saccagez pas),

 

f)         beaucoup de plantes sont protégées. De nombreuses plantes présentant le même principe actif ne le sont pas. exemple: oreille d’ours, protégée — primevère ou coucou, non protégée),

 

g)         ne pas écraser la récolte, ne pas l’enfermer dans des sacs en plastique, les plantes transpirent et noircissent.

 

Séchage

 

     Les plantes ne doivent pas être lavées, mais il faut les hacher menu. La récolte est déposée sur de la toile ou sur du papier non imprimé. Le séchage doit s’opérer à l’ombre aussi rapidement que possible ou dans des locaux chauds et bien ventilés (grenier).

 

     Pour les racines, écorces, et les parties de plantes très juteuses, il est souvent souhaitable de recourir à un séchage artificiel. En aucun cas, la température ne doit dépasser 35° C. Les racines, que l’on doit bien laver, le gui et les épilobes sont à hacher de préférence avant le séchage.

 

     Seuls les plantes parfaitement sèches peuvent être conservées pour l’hiver. Il faut les stocker dans des bocaux de verre ou dans des cartons (ne pas employer de récipients en plastique ou en métal). Les plantes doivent être protégées de la lumière. Le verre doit être teinté; le vert est préférable.

 

     Ne stocker que pour un hiver. Les plantes perdent leurs vertus curatives avec le temps et chaque année nous permet une nouvelle récolte.

 

Les tisanes: Infusions ou décoctions

 

     Les plantes fraîches sont hachées et mises en quantité voulue dans un pot en verre ou dans un récipient non métallique. L’eau est mise à bouillir, retirée du feu et versée sur les plantes préparées. Les plantes fraîches sont à infuser rapidement (une demi-minute suffit). La tisane doit être très claire : jaune clair ou vert clair.

 

     Les plantes sèches infusent plus longtemps (une à deux minutes). Une tisane préparée de cette façon est plus agréable au goût et à la vue. Les racines sont à mettre à l’eau froide, ne laisser bouillir que peu de temps et infuser trois minutes.

 

     La quantité nécessaire pour la journée est à verser dans une bouteille thermos et selon ce qui a été prescrit, à boire par gorgées réparties sur toute la journée. En général, on fait infuser une cuillère à thé bien remplie dans ¼ de litre d’eau (une tasse) sauf indication contraire pour certaines plantes.

 

Macérations

 

     Certaines plantes ne doivent pas être infusées (par exemple : mauve, gui et roseau odorant), car la chaleur détruit leurs vertus curatives. Il faut préparer des extraits à froid.

 

     Mettre la quantité de plante prescrite dans de l’eau froide et laisser macérer huit à douze heures (une nuit). On chauffe à température buvable (environ 45°, N.D.T.) et on conserve la quantité journalière dans une bouteille thermos rincée auparavant avec de l’eau bouillante. L’extrait à froid mélangé au décocté livre le meilleur des plantes. Pour cela, partager la quantité d’eau prévue en deux. Avec une moitié, préparer l’extrait froid pendant la nuit et filtrer le matin. Faire infuser les plantes filtrées dans la seconde moitié de l’eau et passer. Mélanger les deux solutions. Avec cette manière de préparer la tisane, on obtient non seulement les principes dissous à froid, mais aussi ceux libérés à chaud.

 

Teinture (alcoolat)

 

     Les teintures sont des extraits que l’on fait avec de l’alcool de grain ou de vin (alcool de fruit, N.D.T.) à 38 ou 40°. Une bouteille, un flacon à large col ou un autre récipient en verre fermant hermétiquement est rempli jusqu’au col, sans tasser, avec la plante utilisée et on recouvre d’alcool. Bien fermer le récipient et le laisser dans un endroit chaud (20° environ) pendant un minimum de deux semaines, ou plus si l’on veut. Secouer souvent, filtrer sur un tamis et presser afin d’extraire le jus restant dans les plantes. Les teintures se prennent, pures, soit par gouttes, soit diluées dans une tisane, ou appliquées en compresses ou en frictions.

 

Jus frais de plantes

 

     Les jus ou sucs frais de plantes sont pris en gouttes ou utilisés en tamponnages sur les endroits malades. On les prépare avec un appareil de ménage qui broie et centrifuge en même temps les plantes préalablement égouttées. Les jus doivent être préparés quotidiennement. On peut les conserver plusieurs mois au réfrigérateur dans de petites bouteilles hermétiquement fermées. Congelés à -20° C., les jus se gardent plusieurs mois. Ne pas dégeler plus que la consommation d’une semaine. A garder +4° C. Bien agiter avant emploi.

 

Les cataplasmes de plantes

 

     Faire bouillir de l’eau dans un récipient, y suspendre une passoire, dans laquelle on a mis des plantes fraîches ou sèches et couvrir. Au bout d’un certain temps, les plantes chaudes ramollies par la vapeur sont enveloppées dans un linge fin et posées sur la partie malade. Couvrir avec une étoffe épaisse en laine (ou de l’ouate cardée) et bander en place. Il ne faut pas ressentir d’impression de froid. Les cataplasmes de prêle des champs sont très efficaces. Il faut laisser agir deux heures au moins ou si possible toute la nuit (un couscoussier est parfaitement bien adapté pour la préparation).

 

Broyat ou purée de plantes

 

     Les tiges et les feuilles sont broyées et réduites en purée avec un rouleau à pâtisserie sur une planche (ou dans un mortier en bois). Étaler le broyat sur un tissu de lin et appliquer sur la partie malade. Maintenir l’appareil en place avec une bande crêpe. Couvrir chaudement (ouate cardée ou étoffe de laine). Cet emplâtre peut rester en place toute la nuit.

 

Préparation de pommades et d’huiles

 

     Hacher finement la valeur du contenu de 2 mains jointes bien remplies de plantes (environ 1,5 litre non tassé, ). Faire chauffer 500 g de saindoux comme pour faire sauter de la viande. Les plantes sont versées dans cette graisse chaude, remués et rissolés peu de temps. Retirer la poêle du feu, couvrir et laisser refroidir hors du feu. Laisser reposer une nuit. Réchauffer le tout le lendemain, filtrer sur un linge de lin et couler la pommade encore chaude dans des bocaux de verre ou en grès fermant bien.

 

L’huile se prépare de la manière suivante : Emplir un flacon à large col (ou une bouteille) avec des fleurs ou des plantes, sans tasser, jusqu’au col. Couvrir d’huile d’olive vierge (pressée à froid) deux doigts au- dessus du niveau des plantes. Laisser macérer 15 jours au soleil ou à proximité du poêle (à température douce, 20° C. environ, N.D.T.).

 

Les Bains de plantes: Bain complet

     Les plantes nécessaires seront mises à macérer dans l’eau toute une nuit. On utilise un seau (6 à 8 litres) plein de plantes fraîches ou 200 grammes de plantes séchées. Le lendemain matin, chauffer le tout et verser la solution obtenue dans l’eau du bain. La durée du bain est de 20 minutes. Le cœur doit rester hors de l’eau (température du bain 37° C). Après le bain, ne pas s’essuyer, mais s’envelopper dans une grande serviette ou un peignoir de bain et se coucher pour transpirer une heure au lit.

 

Bain de siège

 

     Pour un bain de siège, on prend % seau de plantes fraîches ou 100 grammes de plantes séchées et on opère comme pour un bain complet. Le corps doit être immergé jusqu’au dessus des reins. Observer les prescriptions propres à chaque plante (température 39° C.). Si on la conserve, l’eau d’un bain complet ou de siège peut, après réchauffage, resservir deux autres fois.

 

Enveloppements à la « liqueur du Suédois ».

 

     On imprègne de quelques gouttes de liqueur un morceau d’ouate, de cellulose ou de coton hydrophile de taille approprié à la partie à traiter et on l’applique sur l’endroit malade, qu’il faut absolument enduire auparavant, légèrement, de saindoux ou de pommade au souci pour éviter une déshydratation de la peau par l’alcool de la liqueur. Une feuille de plastique est posée sur la compresse pour éviter de tacher le linge. Bander avec une étoffe chaude et éventuellement une bande Velpeau. Laisser agir la compresse deux à quatre heures. Si le patient le supporte, on peut la laisser en place toute la nuit.

 

     Après le traitement, poudrer la peau. Dans le cas de peaux très sensibles qui présenteraient une inflammation, laisser moins longtemps en place ou retirer de temps en temps la compresse. Les personnes présentant une allergie malgré ces précautions, ne mettront pas de feuille plastique sur la compresse et la recouvriront seulement d’une étoffe chaude. N’omettre en aucun cas l’enduction de la peau avant la mise en place de la compresse. En cas de démangeaison, se servir de pommade au souci.

 

Les enveloppements à la «Liqueur du Suédois» n’obligent pas à rester couché. Si les compresses sont bien fixées, on peut s’asseoir ou même vaquer à ses occupations domestiques.

 

Mots clefs: soins par les plantes, les plantes, tisane de plantes, décoction de plantes, bain de plantes, compresse de plante, liqueur ddu Suédois, liqueur de plante, huiles essentielles, purée de plante, broyat de plantes, jus frais de plantes, récolte des racines, récolte des plantes, les fleurs, les feuilles, les racines


16/02/2016
0 Poster un commentaire