A petaouchnoc

A petaouchnoc

Un Noel de Cauchemard


Un Noel de cauchemar

 

 

Un noël cauchemar

 

Une musique de Noël s'égrenait dans les pièces.

 

- VA TE CHANGER ! On dirait une clocharde !

 

  Séverine ramena les pans de sa jupe autour d'elle, en prenant soin de ne pas renifler. Jacques détestait ça. Ses jambes tremblaient. Elle attrapa la balustrade pour ne pas tomber dans l'escalier. Elle souffrait d'un genou. Et du dos, aussi. Elle aurait aimé un bain chaud, pouvoir se relaxer, mais la préparation du réveillon de Noël l'attendait avant l'arrivée des familles : celle de Jacques, issue de la petite bourgeoisie provinciale ; La sienne, misérable, sortait des bas fonds de paris; Un père balayeur chez Citroën, une mère concierge alcoolique. Son mari exigeait. Il ne souffrait ni désordre ni poussière. Après toute une journée passée à frotter, laver, empoussiérer, la maison sentait propre. Elle s'assit sur le lit de leur chambre. Ses mains blessées, écorchées, ridées avant l'heure, frémirent en retirant sa jupe déchirée. Elle grimaça. Une blessure au genou, mise a vif sous les coups de pieds du jour, s'était ouverte. Du sang séché collait les mailles de nylon. - Grouille-toi idiote, le repas ne va pas se faire tout seul! Hurla Jacques du bas de l'escalier.

 

  Séverine sursauta. Et tira sèchement sur le collant. Une rigole de sang coula le long de sa jambe, tachait le parquet. Elle s'affola.

 

  Contraste entre les deux familles, Chanel, promotion Darty, diamants, bracelets de cuivre, costume pied de poule, casquette gavroche et pantalon flottant suffoquèrent Jacques qui embrasait l'antagonisme flagrant entre les deux familles. Vexé. Il s'apprêtait à hurler.

 

  Le souffle manqua à Sévérine. En s'empêtrant les pieds dans un tapis à l'effigie du père Noël elle tomba sur son couteau de cuisine qui lui transperça la gorge. Le sang gicla à gros bouillon. Elle était morte.

 

  Jacques furieux pour ses parents que la fête fut manquée ne comprit pas l'ampleur du drame. Sévérine se moquait, elle salissait la nappe et le parquet. Il entra dans une fureur telle, qu'il tomba à genoux, foudroyé, tel un bœuf frappé au front par le pistolet du boucher, le cœur avait lâché.

 

Patrick Letellier

 


27/12/2013
1 Poster un commentaire