A petaouchnoc

A petaouchnoc

101 Conseils et Astuces pour écrire un livre

1 A LIVRE 1.PNG
 

 

 

Par Marie-Adrienne Carrara, écrivain biographe, formatrice en écriture et auteur du blog Aproposdecriture

 

 

A propos de l’auteur

 1 A LIVRE 2.PNG

 

 

 

Je m'appelle Marie-Adrienne Carrara.

 

 

L'écriture, je suis tombée dedans il y a longtemps mais quand j'ai annoncé que je voulais devenir écrivain, mes parents ont répondu : « Passe ton bac d'abord ! »

 

 

Donc j'ai fait des études et suis devenue opticienne. Mais le démon des mots ne m'a jamais lâchée. Tout en exerçant mon métier, j'ai écrit des quantités de nouvelles, participé à de nombreux concours d'écriture et un jour, mon fils m'a demandé de lui écrire un livre. Je n'ai pas hésité et je crois qu'il se souviendra longtemps de son 9e anniversaire ! Plus tard, j'ai participé puis animé un atelier d'écriture pendant deux ans.

 

 

En 2004, à 41 ans, j'ai définitivement renoncé à l'optique pour me lancer dans le métier d'écrivain biographe car il unissait deux dimensions qui m'étaient essentielles : celles de l'écrit et de l'humain.

 

 

Après l'écriture d'environ soixantaine-dix ouvrages, j'ai la fierté d'aider à préserver un patrimoine familial d'une valeur parfois sous-estimée mais pourtant inestimable et d'œuvrer plus largement à la façon d'un ethnologue très discret.

 

 

En septembre 2012, je me suis lancée dans une nouvelle aventure, celle du blogging en créant le blog Aproposdecriture .com

 

Création du blog Aproposdecriture

 

Ce blog, j'en rêvais depuis longtemps. Passionnée d'écriture depuis l'enfance, j'aurais vraiment aimé disposer de ce genre d'aide pour mon propre apprentissage.

 

 

Car avouons-le, en France, nous pouvons nous former à tout : la musique, la danse, le dessin, mais quand il s'agit d'écriture, c'est quasi le désert !

 

 

Alors bien sûr, il y a les ateliers d'écriture mais pour les avoir fréquentés et même animés, je dois convenir que je suis restée sur ma faim sur ce que j'y ai appris et ce que j'ai pu y transmettre en les animant.

 

 

Sans aide, on met des années à trouver son chemin d'écriture. Pire, on s'égare au fil du temps et même passionné, on finit par douter de pouvoir écrire. D'autant que l'image de l'écrivain inspiré et frappé par la grâce de la créativité persiste.

 

 

Pourquoi s'entêter à affirmer que l'écriture serait le seul art qui ne puisse s'apprendre ? Quelle étrange idée que celle qui voudrait que l'écrivain ne puisse enseigner qu'à lui-même. Non, je vous le dis, l'écriture s'apprend comme le reste. La seule chose qu'on ne puisse donner, c'est du talent !

 

 

Dans Aproposdecriture, j'ai donc décidé de partager ce que j'ai appris durant toutes ces années et ce que je continue de découvrir.

 

Pourquoi ce blog ?

 

J'ai décidé d'appeler ce blog aproposdecriture.com car le monde de l'écriture est vaste et chacun doit y faire son chemin. Loin de moi l'idée de livrer des recettes toutes faites aux lecteurs du blog. J'ouvre des portes, et ils choisissent ou non d'approfondir, de travailler les pistes encore et toujours pour trouver leur propre voix d'écriture pendant que je continue d'affiner la mienne.

 

 

Ernest Hemingway disait :

 

 

Nous sommes tous des apprentis dans un art où personne ne devient maître

 

L'idée est d'éveiller l'écrivain qui sommeille en chacun d'entre nous.

 

Précisions importantes

 

Ce que je dis dans le blog est issu de MON expérience de l'écriture.

 

 

Je ne prétends pas détenir le savoir universel sur le sujet. Les articles sont basés sur mon expérience d'une trentaine d'années d'apprentissage. Ils ne reflètent que MON avis et MA vision de l'écriture, parfois celle des auteurs que je prends comme exemple. Car si la plupart gardent assez jalousement leur savoir-faire et se livrent peu sur leur apprentissage et leur technique, certains confient parfois leurs petits secrets d'écriture.

 

 

J'espère que vous apprécierez ce guide.

 

 

Excellent voyage dans ce monde magnifique de l'écriture...

 

A vos succès d’écriture !

 

 

Introduction

 

Votre tête fourmille d'idées et vous rêvez d'écrire un livre. Alors ce guide est pour vous ! Déroulement de l'histoire, rebondissements, style d'écriture, il foisonne de conseils pour vous aider dans votre projet et qui sait écrire peut-être le prochain best-seller. Mais parce qu'écrire ne suffit pas à se faire éditer, vous y trouverez aussi des recommandations pour voir votre manuscrit accepté par un éditeur. Ces 101 conseils et astuces vous aideront peut-être à devenir le prochain Dan Brown !

 

À vos claviers et bon courage...

 

1 - Noter, hiérarchiser et organiser ses idées

 

 

Même si vous avez déjà des idées plein la tête, prenez l'habitude de noter toutes celles qui continuent de venir. Ayez donc toujours de quoi écrire sur vous. Si ce n'est pas le cas, achetez un petit calepin et notez aussitôt l'idée qui jaillit dans votre esprit. Même si sur le moment vous ignorez ce que vous pourrez en faire, ni même si vous l'utiliserez vraiment, quand le scénario de votre livre se dessinera, il sera alors temps de feuilleter votre calepin et d'y retrouver toutes vos idées. Vous pourrez alors les organiser, les hiérarchiser et leur donner vie... ou pas.

 

2 - Savoir abandonner certaines idées

 

Toutes les idées ne sont pas forcément bonnes à mettre dans votre roman. Ce qui ne signifie pas qu'elles sont mauvaises, mais elles n'ont peut-être pas leur place ici pour que l'alchimie fonctionne. Si on compare avec une recette de cuisine, ce n'est pas parce que l'on y mettra toutes les épices que le plat sera meilleur, au contraire.

 

3 - Sortir des sentiers battus

 

Votre idée est originale ? Alors essayez de l'exploiter au maximum ! L'originalité bien maîtrisée peut être payante. Attention, il ne s'agit pas non plus de se lancer dans un scénario sans queue ni tête. Mais si l'idée est porteuse, vous pouvez construire toute l'histoire autour pour donner à l'ensemble un côté novateur qui plaira aux lecteurs.

 

4    - Rester classique

 

Ne dit-on pas : « C'est dans les vieux pots que l'on fait les bonnes soupes »... Cet adage populaire peut s'avérer aussi en littérature ! Quel que soit le genre choisi, vous pouvez avoir tout intérêt à reprendre les recettes qui fonctionnent. Cela n'enlèvera rien à votre talent. Peut-être pourrez-vous même exprimer votre personnalité avec plus d'aisance.

 

5    - Multiplier les sources d'inspiration

 

Vous voulez écrire un roman ? Gardez toujours vos yeux et vos oreilles grandes ouverts. Soyez à l'affût de tout, nourrissez-vous de votre vie, de la vie des autres, lisez, écoutez, regardez télévision, surfez sur le web, qui peuvent êtres d'excellents déclencheurs. Plus explicitement, emmagasinez autant d'informations et d'émotions que vous le pouvez.

 

6    - Se nourrir de vos expériences

 

Des petites ou des grandes rencontres, des anecdotes ou de grandes aventures, des peines, des joies, des bonheurs ou des malheurs... Tout ce que vous vivez peut à un moment ou à un autre être une source d'inspiration, même votre quotidien. Les écrivains mettent toujours beaucoup d'eux-mêmes dans leurs romans. Faites-en autant !

 

1 A LIVRE 3.PNG

 

7- Lire, lire et lire encore

 

Un cuisinier aime manger... un écrivain doit aimer lire !

 

Pourquoi ?

 

Parce que ses lectures sont autant de nourritures, d'idées, d'apprentissages de style ou de genre qui lui seront très utiles.

 

Que conservez de vos lectures ?

Cliquez sur le lien http://www.aproposdecriture.com/ comment-lire-pour-mieux-ecrire et découvrez l'article complet sur ce sujet dans Aproposdecriture

 

 

1 A LIVRE 5.PNG

 

8 - S'enregistrer au fil de la journée

 

Personnellement, je ne le fais pas mais beaucoup d'écrivains ont toujours un petit dictaphone à portée de main. L'objectif est de garder une trace de leurs idées, parfois si fugaces. Aujourd'hui, pratiquement tous les téléphones offrent une fonction « microphone », vous pouvez donc enregistrer tout ce qui vous passe par la tête, n'importe où, n'importe quand. Pensez juste à les trier pour les utiliser !

 

9- Prendre des photos

 

Un écrivain s'inspire forcément des lieux qu'il visite ou dans lesquels il a vécu. Si vous voulez retranscrire assez précisément un endroit, n'hésitez pas à le prendre en photo. Pratiquement tous les téléphones actuels offrent la fonction « appareil photo ». Vos clichés seront une bonne base d'inspiration quand vous serez en phase de retranscription.

 

10 - Ne pas avoir peur de la page blanche

 

La panne d'inspiration, c'est ce que craint tout écrivain, qu'il débute ou pas ! Il est pourtant normal d'avoir des moments où l'inspiration n'est pas au rendez-vous. Plutôt que d'insister et de vous morfondre devant la page blanche, profitez de ce temps libre forcé pour peaufiner vos recherches ou vos personnages, relire les chapitres déjà écrits...

 

Sinon prenez un peu l'air. La meilleure source d'inspiration est souvent gratuite. Partez marcher, prenez votre ordinateur portable et travaillez ailleurs, dans un parc, une bibliothèque, un café... Un changement d'environnement permet de recharger votre cerveau. Et pour ôter tout stress, offrez-vous une séance au spa et laissez vos pensées vagabonder. En sortant, vous vous sentirez détendu et prêt à changer le monde avec vos mots.

 

11 - Utiliser un témoignage ou une histoire vécue

 

11    ne s'agit évidemment pas d'écrire la énième version d'une saga connue ni même de raconter la vie de votre grand-oncle, si attachant soit-il. Vous auriez peu de chance dans ces deux cas de voir votre œuvre éditée. En revanche, si vous avez vécu un fait qui sort de l'ordinaire ou si vous connaissez une histoire forte, c'est peut-être une idée à explorer.

 

12    - Commencer avec une nouvelle

 

Beaucoup d'auteurs à succès ont écrit des nouvelles, au début ou tout au long de leur carrière. Maupassant, Edgar Alan Poe, Marcel Aymé, par exemple, étaient des spécialistes du genre. Même si l'écriture d'une nouvelle demande un talent certain, cela est souvent moins angoissant que de se lancer dans un roman beaucoup plus long.

 

13    - Ne pas croire que le roman est la seule option

 

Il n'y a pas un genre littéraire noble qui existerait au-dessus de tous les autres. Si le roman reste pour beaucoup d'auteurs la panacée en termes de créativité, ce n'est pas la seule forme littéraire à considérer.

 

Il existe 4 genres :

 

•    Le récit

 

•    La poésie

 

•    Le théâtre

 

•    La littérature d'idées

 

Et dans ces 4 genres une variété de genres :

 

Les genres du récit : anecdote, apologue, autobiographie, biographie, chronique, conte, épopée, fiction, journal, légende, mythe, nouvelle, roman.

 

Les genres poétiques : chanson, fable

 

Les genres théâtraux : comédie, drame, farce, mélodrame, tragédie

 

Les genres de la littérature d'idées : aphorisme, apologie, discours, essai, pamphlet, utopie

 

J'avais bien dit qu'il y avait de quoi faire ! La liste n'est pas exhaustive. Aussi, orientez-vous vers un genre qui vous correspond, dans lequel vous vous sentez à l'aise.

 

14    - Se méfier des genres littéraires « faciles »

 

Méfiez-vous des apparences ! Derrière des styles abordables ou des livres qui peuvent vous sembler plus simples à écrire, se cachent souvent des techniques plus complexes. Le polar, par exemple, est loin d'être le genre littéraire le plus facile d'accès, alors qu'il est souvent perçu comme « simpliste » par les auteurs débutants.

 

15    - Surfer sur le succès du polar historique

 

Un meurtre ? Commun, n'est-ce pas ! Mais un meurtre à la cour du roi Louis XIV, voilà qui donne du piquant à l'affaire. Le polar historique est un genre qui connaît un franc succès depuis quelque temps et qui peut remplir plusieurs fonctions : informer, faire rêver et faire frissonner le lecteur !

 

16    - Essayer le roman historique

 

Si vous aimez l'histoire, les grandes épopées et que les recherches documentaires ne vous effraient pas, pourquoi ne pas opter pour le roman historique ? Ce genre littéraire a de nombreux adeptes. Attention en revanche à ne pas commettre d'impairs ni d'anachronismes : la maîtrise d'un tel genre demande une connaissance historique sans faille.

 

17-    Faire ses armes avec une biographie

 

Raconter la vie d'une personnalité ? Une bonne idée pour faire ses armes et publier un livre qui aura de fait son lectorat : les fans de la star en question. L'approche se doit d'être la plus réaliste possible, que la personnalité soit vivante ou non. Attention à ne pas dépasser le cadre légal (vie privée, diffamation, etc.).

 

18-    Vibrer pour le conte

 

L'écriture du conte, surtout pour enfants, est un exercice difficile. Cependant, sous des aspects « rigides », il permet une grande liberté, tout du moins du côté du matériel imaginaire que l'on peut utiliser. Si vous aimez les mondes magiques et que vous maîtrisez un minimum la psychologie enfantine, lancez-vous !

 

19    - Imaginer le fantastique

 

Vous êtes amateur de fantastique ou de fantasy ? C'est un excellent point si vous voulez vous lancer dans ce domaine. Les codes qui se rattachent au genre sont assez précis et un auteur non initié aurait du mal à réaliser un best-seller ! En revanche, un amateur pourra plus facilement endosser le rôle d'auteur.

 

20    - L'ouvrage pratique

 

Qui a dit qu'un best-seller se devait d'être un roman ? Rien ne vous empêche de vous exprimer sur un domaine et dans un style complètement différents. Les documentaires, les guides pratiques ou même les ouvrages institutionnels, tout est permis. L'important, c'est de trouver son lectorat, non ? Certains livres de cuisine sont de vrais bestsellers !

 

21    - Écrire sur ce que l'on aime

 

Vous avez une passion, une connaissance très pointue d'un sujet particulier ? Utilisez cet intérêt et ce bagage pour écrire LE best-seller sur ce sujet. Si votre thématique n'est pas très populaire, vous vous inscrirez peut-être dans un secteur de niche... mais vous serez sûr d'y trouver votre public.

 

22    - Écrire sur ce que l'on connaît

 

Il est toujours plus facile d'écrire sur des personnes ou des lieux que l'on connaît. Bien sûr, vous n'avez aucune obligation et vous pouvez tout à fait construire votre roman avec des personnages complètement imaginaires, des lieux inconnus et des situations inédites pour vous. Cependant, vous gagnerez en réalisme en vous basant sur du connu.

 

23    - Surfer sur les tendances

 

En littérature comme dans d'autres domaines, il existe des tendances qui font que certains genres ont plus la cote que d'autres. Si vous voulez avoir une chance de décrocher le titre convoité d'auteurs de best-sellers, suivez la piste du succès. Les romans régionaux et en particulier les polars régionaux ont le vent en poupe. Les lecteurs apprécient de retrouver des lieux qu'ils connaissent également. Mais ne perdez pas de vue qu'il est toujours préférable d'avoir un temps d'avance plutôt qu'un temps de retard ! Peut-être vous rappelez-vous le nombre de livres exploitant le sujet des sorciers sortis après le succès de Harry Potter ou actuellement les livres paraissant dans la lignée de Cinquante nuances de grey.

 

24    - Opter pour la littérature de genre

 

La littérature de genre permet de ne pas se tromper dans le choix du thème et de l'idée principale du livre. En effet, quand on s'inscrit dans un genre particulier, cela implique que l'on adopte les thématiques développées par ce thème. Si vous écrivez un polar, l'intrigue tournera certainement autour d'un meurtre par exemple.

 

25 - Aller au bout de sa réflexion

 

Ne vous noyez pas dans les thèmes ! Votre livre doit être reconnaissable par son histoire et son intrigue principale. Même si on peut toujours explorer plusieurs thèmes en même temps, ils demeureront secondaires pour ne pas entamer votre idée principale. En d'autres mots, ne vous éparpillez pas.

 

26 - Écrire pour être lu

 

Les auteurs ont toujours une certaine satisfaction quand leur histoire prend vie, quand les phrases se forment, quand les mots chantent ou pleurent. Mais la différence entre les auteurs qui ont du succès et les autres... c'est le lecteur ! Les auteurs de best-sellers ne perdent jamais de vue qu'ils vont (et doivent) être lus !

 

27- Faire rêver

 

Vous voulez rallier un grand nombre de lecteurs avec votre livre ? Vendez du rêve ! Sans faire pour autant de votre œuvre un objet marketing, si vous y intégrez - sans en avoir l'air - un peu de paillettes, vous attirerez grand nombre de lecteurs en mal de rêve. Mettez de la couleur dans leur vie, ils apprécieront !

 

28 - Faire frissonner

 

La recette est vieille comme le monde, mais elle fonctionne toujours aussi bien. Attention en revanche, n'est pas Stephen King qui veut et le thriller est un exercice difficile. Certains auteurs ont en effet tendance à sombrer un peu vite dans la surenchère d'hémoglobine. Ne tombez pas dans le piège.

 

Le cinéma a ses road-movies, n'est-ce pas ? La littérature peut aussi s'exprimer dans ce créneau. Mais attention, si vous voulez emmener votre lecteur « en voyage », vous devez y mettre les formes et connaître votre sujet (la ville, le pays) à la perfection. Le plus judicieux ? Utiliser le voyage comme un décor, en toile de fond.

 

30    - Faire pleurer

 

Le but n'est pas ici de se lancer dans un récit larmoyant et misérabiliste, ce qui n'aurait sans doute pas un grand succès. En revanche, déclencher de l'émotion est un bon moyen de susciter chez le lecteur un attachement aussi bien à l'histoire qu'aux personnages. Là encore, il faut jouer de subtilité pour obtenir le meilleur effet.

 

31    - Un travail de fourmi

 

Écrire demande souvent beaucoup de persévérance, les idées viennent rarement en bloc, les recherches sont fastidieuses. Un vrai travail de fourmi ! N'hésitez pas à aller dans le détail, à peaufiner encore et encore, à pousser vos recherches toujours plus loin. Ce sont ces petits pas mis bout à bout qui forment au final une œuvre accomplie.

 

32    - Mûrir son projet

 

Entre l'idée de départ et le point final, il se passe généralement des mois, voire des années. C'est normal. De nombreux auteurs, même connus, n'ont pas peur de mettre de côté une idée (aussi porteuse soit-elle) pour y revenir quelques années plus tard. Ce temps de maturation est nécessaire et profitable.

 

33 - Revenir sur les passages écrits

 

Une œuvre vit et se modifie tout au long de son écriture. N'hésitez pas à revoir complètement certains chapitres après coup, voire à les supprimer purement et simplement. Dans le même ordre d'idées, une scène, une rencontre, un dialogue peuvent au final ne plus vous plaire et devenir inutiles. Tout ce que vous écrivez doit servir votre histoire. Les lecteurs ne seront pas dupes longtemps d'un verbiage superflu.

 

34    -Travailler en groupe

 

Le groupe est toujours profitable ! N'ayez pas peur de la critique (qui est généralement constructive même quand elle est négative) et ne soyez jamais gêné de montrer une ébauche, même si elle ne vous satisfait pas : c'est comme cela que l'on avance. Il existe des groupes d'écriture qui permettent aux novices de démarrer.

 

35    - Relire les derniers chapitres

 

Avant d'entamer un nouveau chapitre, remettez-vous toujours dans l'atmosphère de votre récit en relisant — au moins — le dernier chapitre écrit. Cela vous évitera les ruptures de style ou de rythme qui sont bien compréhensibles si l'œuvre est restée quelques jours sans être travaillée. Cela vous évitera aussi de répéter ce qui a déjà été dit ! Voilà pourquoi il est également préférable d'écrire chaque jour.

 

36    - Se documenter

 

Vous voulez donner du réalisme à votre roman ? Transformez-vous en journaliste ! Partez à la pêche aux informations (bibliothèques, Internet, centres de documentation), interviewez des spécialistes, visitez les lieux dans lesquels vous voulez situer l'action de votre livre... Pour un roman historique, ces démarches sont essentielles et absolument nécessaires.

 

37    - S'astreindre à une discipline de travail

 

Nous y voilà ! Ecrire un roman est un travail à part entière !

 

Evidemment, avant de connaître le succès, tous les écrivains ne peuvent consacrer à leur passion autant de temps qu'ils le souhaitent. Néanmoins, il faut vous astreindre à une certaine discipline si vous ne voulez pas que votre roman fasse partie des milliers d'œuvres inachevées !

 

38    - Tenir un carnet de route

 

Notez aussi scrupuleusement que possible tout ce qui fait les caractéristiques de votre récit dans un carnet de route. Même les détails les plus insignifiants peuvent être ajoutés au fur et à mesure de l'avancée du travail. Cela vous évitera de vous emmêler les stylos entre les personnages, les descriptions, le fil de l'histoire, les lieux, etc.

 

39    - Faire un planning

 

Vous voulez un jour mettre le mot « Fin » à votre roman entamé il y a des mois (voire des années) ? Fixez-vous un délai et organisez un planning de travail. La fin peut correspondre à un salon auquel vous souhaitez participer ou à une rencontre avec un éditeur. C'est souvent la seule façon de se lancer véritablement et d'oublier les doutes.

 

40    - Lire entre les lignes

 

Quand vous lisez un livre, notamment un de ceux qui furent des succès de librairie, ne vous comportez pas comme un lecteur lambda. Au contraire, ayez l'œil vif et procédez à une lecture active de l'œuvre :

 

•    comment l'auteur a-t-il ménagé le suspense,

 

•    quel style a-t-il utilisé, quels personnages ont été mis en avant et pourquoi ?

 

•    que vous a-t-il plu dans l'intrigue ?

 

Autant d'éléments qui vous aideront par la suite.

 

41 - Se réserver un lieu de travail

 

Ecrire l'ordinateur sur les genoux, sur un bout de table, dans le bruit ou dans un cagibi ? Pas génial ! Si vous voulez vous mettre dans les meilleures conditions pour trouver l'inspiration, créez-vous un endroit propice à la créativité, dans lequel vous vous sentez bien et où vous pourrez travailler sans être dérangé.

 

42    - Travailler la chronologie

 

Pensez bien au déroulement de votre histoire avant même de commencer l'écriture et gardez toujours en tête ce fil temporel. Cela vous permettra de faire des allers-retours dans le récit sans faux pas et de déployer la chronologie de l'histoire en évitant toute incohérence (attention aux saisons par exemple) et anachronisme mal venus.

 

43    - Ménager le suspense

 

Ne dévoilez pas le nœud de l'intrigue après seulement dix pages ! Vous devez maintenir votre lecteur en haleine en ménageant le suspense tout au long de l'œuvre et quel que soit le sujet principal de votre livre. Dévoilez le scénario petit à petit, un peu à la manière d'un film. Vous pouvez aussi utiliser des flash-back temporels.

 

44    - Rendre un récit dynamique

 

Votre récit sera d'autant plus dynamique que l'histoire s'y prêtera. Pour autant, quel que soit votre sujet, vous devez captiver le lecteur jusqu'à la fin. Cette dynamique tient tout autant du fond que de la forme de votre récit, vous devez donc travailler le style d'écriture, mais aussi la trame.

 

TRAME & STRUCTURE

 

46    - Soigner les dialogues

 

Parce qu'ils donnent réellement vie aux personnages mais aussi parce qu'ils dynamisent votre histoire, les dialogues doivent être intégrés de façon judicieuse tout au long de votre livre quand ils ont leur raison

 

 

d'être. A l'inverse, attention à ne pas tomber dans la succession abusive de dialogues.

 

Relisez cet article du blog Aproposdecriture et veillez à respecter les règles de base.

 

47    - Travailler le rythme

 

Attention à ne pas endormir votre lecteur ! Pour éviter l'effet soporifique de certains passages descriptifs par exemple, vous pouvez les découper (en faisant attention à ce que l'ensemble reste cohérent) puis les structurer autour de dialogues ou de scènes d'action. Vous éviterez ainsi les trop longues portions narratives.

 

48    - Décrire les personnages

 

Le secret d'un bon roman ? Son histoire, son rythme, mais aussi ses personnages : ne les balayez surtout pas en quelques lignes. Au contraire, peaufinez vos protagonistes, du héros aux personnages secondaires : leur allure, leur vie, leurs interventions dans l'histoire. Vous n'êtes pas obligé en revanche de les mettre à nu ! Conservez un peu de mystère.

 

Voilà une fiche personnage. Faites en une pour chaque personnage de votre histoire.

 

La Fiche Personnage :

 

Nom & Prénom :

 

Âge:

 

Poids - constitution physique :

 

Lieu de naissance :

 

Couleur des cheveux/yeux :

 

Particularités physiques :

 

Niveau d'études :

 

Métier et lieu de travail :

 

Sexualité :

 

Meilleur ami :

 

Ennemis :

 

Famille (père mère frères et sœurs):

 

Besoin central :

 

Démarche pathologique :

 

Ambition dans la vie :

 

Gestuelle & expression :

 

Allure, démarche :

 

Plus fort trait de caractère :

 

Défaut de caractère :

 

Indifférent à :

 

Philosophie :

 

Tendances politiques :

 

Hobbies :

 

Ce que les autres remarquent en premier à son sujet : Le personnage a-t-il une activité annexe ? Laquelle ? Ce que le personnage fait quand il est seul :

 

Le lecteur aimera-t-il ou détestera-t-il ce personnage ? Changera-t-il (elle) au cours de l'histoire ? Comment ? Événement significatif ayant formé le personnage : Événement significatif illustrant sa personnalité :

 

Voilà la méthode qui me sert à construire mes personnages. Comme vous le constatez, c'est très complet. Vous pouvez la copier et l'utiliser.

 

Une fois que vous aurez rédigé quelques feuillets sur chaque personnage, ils n'auront plus aucun secret pour vous !

 

Si vous débutez en écriture, cette méthode vous aidera certainement à élaborer la vôtre.

 

49    - Rendre les personnages attachants

 

Ce qui ne veut pas dire que vous devez forcément entourer votre héros de figures mièvres ! Les personnages « typés » font toujours la force d'un récit. Ce qui est important, c'est qu'ils soient dotés d'un certain charisme. Qu'on les aime ou qu'on les déteste, c'est à vous de décider, ce qu'il faut, c'est que l'on ait envie de les suivre.

 

50    - Penser aux rebondissements

 

Que vous écriviez un roman, une saga, un polar ou même une comédie sentimentale, sans rebondissements, votre histoire paraîtra toujours plate. Essayez de surprendre votre lecteur quand il s'y attend le moins. Mais attention, trop de rebondissements peuvent nuire, vous risquez alors de perdre votre lecteur en route.

 

51    - Des références culturelles et historiques choisies

 

Inutile de vous lancer dans un documentaire historique et culturel ! Cependant, vous captiverez plus encore votre lectorat en l'associant à votre récit grâce à des références qui lui sont familières. C'est l'un des secrets de certains grands best-sellers parus ces dernières années. Dan Brown est un spécialiste du genre.

 

52    - Des lieux qui comptent

 

Faites voyager votre lecteur, c'est peut-être une des clés de la réussite. Placez votre histoire dans une ville incontournable, une ville qui véhicule tous les fantasmes ou toutes les envies.

 

Vous préférez rester dans l'imaginaire ? Vous pouvez également créer de toutes pièces un lieu qui ne ressemble à aucun autre mais qui suscitera l'intérêt du lectorat.

 

53    - Connaître les codes du genre

 

Certains genres littéraires très typés ont des codes stylistiques précis auxquels il ne faut pas déroger. Le vocabulaire devra ainsi être choisi et correspondre à ce que le lecteur attend en ouvrant ce genre d'ouvrage. De la même façon, le scénario doit suivre les règles de construction qui se retrouvent dans les succès du genre.

 

54    - Avoir une orthographe impeccable

 

Même si les manuscrits sont relus et corrigés par les éditeurs, vous serez toujours plus crédible si votre orthographe est irréprochable. Par ailleurs, pour pouvoir apprécier toute la finesse de la langue française, il est impératif de savoir l'écrire sans faute.

 

55    - Soigner son vocabulaire

 

Il n'y a pas vraiment d'interdit en littérature en matière de vocabulaire. Le langage soutenu est loin d'être la panacée et les best-sellers, qui s'adressent à un très large public, privilégient plutôt le vocabulaire courant. Certains auteurs comme Frédéric Dard dans les « San Antonio » ont même fait du vocabulaire un point fort de leur œuvre.

 

Passé, présent ou futur, vous serez amené à faire des choix et à vous y tenir tout au long de votre récit. Ce sont des éléments à ne pas négliger car ils donneront à votre récit plus ou moins de force. Attention également à la concordance des temps et à l'usage du mode subjonctif, du passé antérieur ou encore du plus-que-parfait.

 

57    - Réviser ses classiques

 

Style narratif, direct ou indirect ? Révisez un peu vos classiques et vos cours de « rédaction » avant de vous lancer (ou de vous relire) car même si les idées et le scénario peuvent échapper à certaines règles et que le style est personnel, les règles de construction ne peuvent être ignorées. Vous trouverez de nombreux livres sur la question.

 

58    - Éviter le style trop ampoulé

 

Le trop est souvent l'ennemi du bien. C'est aussi vrai lorsque l'on écrit ! Vous maîtrisez très bien le français ? Parfait. Mais un livre n'est pas un plaidoyer pour la syntaxe et la grammaire. Les formulations compliquées, le vocabulaire obscur, les tournures alambiquées risquent d'éloigner votre œuvre d'une partie du lectorat.

 

59    - Ne pas noyer le poisson

 

Inutile de vous lancer dans un roman-fleuve si votre histoire peut tenir dans une nouvelle ! De la même manière, ne passez pas par de longs paragraphes inutiles avant d'avancer une idée. Le but n'est pas de faire le livre le plus long, mais le plus percutant. Essayez donc de faire mouche à chaque paragraphe plutôt que de noyer le poisson.

 

60 - Apprécier le champ lexical d'un texte

 

Les auteurs jouent souvent avec les mots, mais ce n'est pas pour amuser le lecteur. Utiliser le champ lexical, cela permet de donner plus de corps au texte. Les grands succès en librairie sont des œuvres qui ne se contentent pas d'avoir des idées, des personnages ou des scénarios qui accrochent. La mise en scène stylistique compte également.

 

61    - Varier les approches stylistiques

 

Rien ne vous oblige à rester cloisonné dans un style. Vous avez même plutôt intérêt à varier les approches stylistiques tout au long de votre livre : vous ajouterez du dynamisme et pourrez structurer plus facilement votre propos. Vous pouvez ainsi intégrer dans votre récit des « respirations » : illustrations, report de texte, passages reproduits...

 

62    - Ménager des effets de style

 

L'art de la rhétorique consiste en une utilisation juste des effets stylistiques. Si c'est ce qui peut faire la différence entre un récit bien écrit, mais un peu banal, et un vrai best-seller, pourquoi se priver ? Images, métaphores, jeux de mots et autres figures de style apportent beaucoup à un texte lorsqu'ils sont utilisés à bon escient.

 

63    - Penser aux détails

 

S'il n'est pas indiqué de se noyer dans une avalanche de détails qui ennuieraient à coup sûr le lecteur, vous devez quand même développer un minimum vos idées en livrant des informations sur vos personnages (y compris secondaires), sur les lieux, sur les événements passés ou futurs, etc. Peaufinez ces détails, ils ont toujours un rôle à jouer.

 

Un personnage qui change du tout au tout ?

 

Une action qui prend une tournure complètement improbable ?

 

S'il est de bon ton de surprendre le lecteur, attention à ne pas trop en faire ; vous risqueriez de devenir incohérent et votre livre perdrait énormément en crédibilité. De même, le style d'écriture employé doit rester le même.

 

65    - Situer l'action dans le temps

 

Peu importe que votre histoire se déroule dans l'Antiquité, au Moyen Age ou au XXIe siècle : la notion de temps, la chronologie de l'histoire, les retours dans le passé y ont une importance non négligeable. Votre lecteur doit pouvoir situer instantanément l'action dans le temps si c'est important.

 

66    - Situer l'action dans l'espace

 

Bouger ou rester sur place ? Que votre héros parcoure le pays ou que l'action se déroule dans un étouffant huis clos, dans tous les cas, il faut mettre le lecteur sur la piste ! Ne vous contentez pas de sous-entendre ou de laisser deviner ce qui touche à l'espace, surtout si l'histoire entière est influencée par le lieu de l'action.

 

67    - Impliquer les personnages

 

Contrairement au cinéma, il n'y a pas de figuration en littérature ! Tous les personnages qui entrent en scène doivent avoir un rôle à jouer. Ce qui ne veut pas dire qu'ils prennent nécessairement part à l'action, mais ils ne sont jamais là pour rien (ou ils ne le devraient pas). Attention à ne pas faire du remplissage.

 

S'il est important de conserver un certain rythme tout au long de l'ouvrage, pensez à accorder des temps de répit à vos héros. Dans le même ordre d'idées, essayez d'alterner les moments douloureux avec des moments plus légers, les malheurs avec les bonheurs.

 

69 - Quand la réflexion prend le pas sur l'action

 

Les plus grands romans contemporains ne sont pas forcément des romans d'action haletants à la Dan Brown. D'autres histoires qui font l'éloge de la réflexion et du temps qui passe ont aussi pu connaître des succès incroyables ! Que dire du Roman de la rose d'Umberto Eco ou de L'Alchimiste de Paulo Coelho ?

 

70    - Ne pas se perdre en cours de route

 

 

À force de trop vouloir ménager le suspense, vous risquez de lasser votre lecteur. Inutile de faire durer l'attente du dénouement sur cinquante pages ! Non seulement il risque de tomber à plat, mais en plus votre lecteur aura certainement déserté les lieux avant cela. Allez à l'essentiel et ne vous perdez pas en cours de route.

 

71    - Emmener le lecteur sur différentes pistes

 

Le lecteur aime généralement les surprises, les inattendus, les dénouements auxquels il n'avait pas pensé... quels que soient le thème principal ou l'intrigue du livre d'ailleurs. En évitant quand même les situations abracadabrantes et les pistes qui ne mènent nulle part, vous pourrez tenir votre lecteur en haleine.

 

72    - Deux relectures valent mieux qu'une

 

Même si vous avez une excellente orthographe et une maîtrise parfaite de la syntaxe et de la grammaire française, relisez attentivement votre

 

manuscrit quelques jours après l'avoir terminé. Il y a toujours des coquilles, des petites erreurs ou des tournures un peu maladroites qui se seront glissées malencontreusement au fil des pages.

 

73    - Une mise en page soignée

 

Aujourd'hui, le traitement de texte est accessible à tous et son utilisation ne demande pas de formation particulière. Raison de plus pour ne pas négliger la présentation de votre manuscrit : retour à la ligne en fin de paragraphe, saut de ligne entre deux paragraphes, page de garde entre les chapitres, etc. Veillez à soigner la présentation.

 

74    - Un manuscrit présentable

 

La plupart des éditeurs n'acceptent de lire les manuscrits que s'ils sont imprimés. Cela leur facilite la prise en main et la lecture.

 

Voici quelques précieux conseils :

 

Choisissez une présentation A4.

 

Choisissez une police simple (Times, Arial, Book Antiqua), évitez toutes les polices fantaisies !

 

Préférez une taille de police de 12, éventuellement 14, jamais plus gros.

 

La taille 10 peut-être tolérée dans le cas de longs ouvrages.

 

Choisissez un interlignage de 1,5 afin d'aérer le texte et de permettre d'éventuelles notations.

 

De même laissez des marges assez importantes, 2,5 cm en haut et en extérieur, 3cm en bas et 3cm en marge intérieure (pour la reliure).

 

Pensez à numéroter vos pages : le numéro en bas, centré ou extérieur.

 

Il est conseillé de faire relier votre manuscrit, mais attention à ne pas gêner la lecture, une reliure avec anneaux est conseillée, éventuellement avec pince pour les petits ouvrages.

 

Dans le cas de manuscrit illustré, incorporez les illustrations au manuscrit à l'endroit désiré, mais évitez de les placer dans le texte, présentez les plutôt seules sur une page, qui n'a pas forcément besoin d'être numérotée.

 

Respectez au mieux les règles de typographie. Et pensez à justifiez votre texte, la lecture est beaucoup plus agréable.

 

Plus votre manuscrit sera agréable à lire, plus il a de chance d'être accepté (lorsque l'éditeur ou le comité de lecture ouvre le manuscrit il doit avoir envie de le lire, et ne doit surtout pas être découragé).

 

Un manuscrit ne sera pas refusé parce qu'il est mal présenté, mais convaincre l'éditeur sera un peu plus aisé.

 

Dernier petit conseil :

 

-    Evitez de présenter dès le premier envoi un projet de couverture ou un texte pour la 4e de couverture. Ne faites pas comme si tout était acquis et ne piétinez pas sur la liberté de l'éditeur à présenter au mieux votre ouvrage.

 

-    Vous pouvez ajouter une table des matières des chapitres, même pour un roman, afin que l'éditeur se repère facilement, ainsi qu'une table des illustrations.

 

-    Conservez toujours un exemplaire de votre œuvre.

 

-    Lors de l'envoi à l'éditeur, accompagnez votre manuscrit d'une enveloppe timbrée adressé à votre adresse pour un éventuel retour. L'éditeur vous retournera ainsi votre manuscrit, ce qu'il fait rarement si le manuscrit n'est pas accompagné des timbres retour. Or l'impression et la reliure peuvent entraîner quelques dépenses supérieures au prix d'un timbre.

 

Votre récit se découpe forcément en chapitres. Mais veillez à ce que ces chapitres soient homogènes dans leur contenu et leur longueur. Il ne s'agit évidemment pas de faire des calibrages au mot près, mais la lecture sera plus fluide et le rythme plus facile à maintenir au long des pages si les chapitres sont à peu près de taille équivalente.

 

76 - Le code typographique à connaître

 

Même si un écrivain n'a pas à endosser le rôle de correcteur, il est bienvenu de connaître un minimum le code typographique en vigueur dans l'édition et de présenter ainsi un manuscrit dont la lecture sera largement facilitée. Veillez notamment à suivre les règles lorsque vous incluez des dialogues (tirets, guillemets, etc.).

 

Je vous conseille d'acquérir ce livre. La typographie n'aura plus de secret pour vous !

 

 

1 A LIVRE 4.PNG

 

77    - Éviter les surcharges

 

Votre manuscrit gagnera à être correctement mis en page, c'est vrai. En revanche, il n'est pas question de le transformer en document de travail !

 

Bannissez les cadres, les couleurs, les tableaux et autres encadrements.Oubliez les surlignages, les différentes tailles de caractères et les changements de polices. Seul l'italique est autorisé.

 

78    - Préparer un synopsis

 

Même si le synopsis n'est pas systématique et n'accompagne pas nécessairement le manuscrit, en rédiger un peut se révéler être un excellent exercice. Le synopsis, qui n'est autre qu'un résumé de votre livre, devra ainsi mettre en avant les éléments principaux qui constituent votre manuscrit : l'intrigue, les personnages, les lieux, etc.

 

79    - Soigner le texte de 4e de couverture

 

Le texte du dos est ce qui doit donner envie d'ouvrir le livre. Pour que ce texte déclenche l'impulsion, vous devez le travailler avec soin. Mais il n'est pas toujours facile de concentrer en quelques lignes tout ce qui fait la force de l'œuvre. Dévoilez suffisamment l'histoire pour intriguer le lecteur, mais n'en dites pas trop non plus !

 

80    - Un titre qui en dit long

 

Le titre de l'œuvre est capital ! C'est en quelque sorte lui qui représente le livre. Il doit être en relation directe avec le contenu de l'œuvre tout en étant si possible original. Il peut aussi être une véritable marque de fabrique chez certains auteurs. Vérifiez qu'aucune autre œuvre n'a été publiée avec le titre que vous avez choisi.

 

Illustration, photo, couleurs, police de caractères... Tout doit être étudié lorsqu'il s'agit de composer une couverture. Elle doit donner l'ambiance générale de l'œuvre et plonger le lecteur dans le livre, sauf si le nom de l'auteur est vendeur ! La littérature de genre se reconnaît très facilement grâce à des couvertures typées.

 

81 - Des corrections facilitées

 

La plupart des relecteurs, correcteurs et éditeurs préfèrent noter leurs remarques ou corrections directement dans la marge. Cela permet aussi de repérer plus facilement les passages qui peuvent poser problème. Pensez à laisser une marge suffisante de part et d'autre du texte pour d'éventuelles corrections à venir, y compris les vôtres.

 

82    - Se constituer un réseau

 

Les contacts... dans l'édition comme dans de nombreux autres domaines, voilà ce qui peut faire pencher la balance du bon côté au moment opportun. Parlez de votre projet et de votre livre le plus possible autour de vous. Approchez les milieux culturels, laissez des cartes de visite, prenez des noms, etc., même si ce n'est pas payant dans l'instant.

 

83    - Échanger sur votre œuvre

 

Votre livre a déjà une histoire, une existence, même s'il n'est pas encore publié. Parlez-en comme d'une œuvre finie et aboutie, c'est déjà un pas en avant vers une édition possible. Dans les milieux littéraires, vous aurez ainsi plus de chances de capter l'attention et éventuellement de créer des contacts utiles. Surtout si vous êtes passionné.

 

Le culot est parfois ce qui manque aux auteurs, les introvertis en particulier. Personne ne viendra vous chercher chez vous, que votre manuscrit soit le futur gros succès de l'année n'y changera rien. N'ayez pas peur d'aller frapper aux portes même si vous risquez d'essuyer des refus. C'est aussi s'offrir la possibilité d'être écouté.

 

85    - Envoyer un maximum de manuscrits

 

La bonne vieille méthode de l'envoi de manuscrit a encore aujourd'hui la faveur de bon nombre de maisons d'édition. Votre manuscrit doit être imprimé et relié, correctement mis en page et ne pas ressembler à un brouillon. N'oubliez pas de mentionner votre nom et vos coordonnées pour permettre à l'éditeur de vous envoyer une réponse.

 

86    - Sélectionner les bons éditeurs

 

Si vous avez opté pour une littérature de genre, inutile de perdre du temps et de l'argent à envoyer votre manuscrit aux grandes maisons d'édition généralistes. Au contraire, ciblez au maximum, car les éditeurs se spécialisent de plus en plus. De même, certaines maisons d'édition laissent plus facilement leur chance aux auteurs débutants.

 

87    - Privilégier les petites maisons d'édition

 

Moins sollicitées que les grandes maisons d'édition, elles sont plus disponibles pour étudier les manuscrits qui leur parviennent. Par ailleurs, la majorité des petites maisons font un travail aussi sérieux que les grandes ! Évitez en revanche les « éditeurs » qui vous demanderaient de l'argent ou vous proposeraient des contrats bancals.

 

88    - Accompagner son œuvre d'une lettre de présentation

 

La lettre de présentation peut s'avérer très utile pour capter l'attention d'un comité de lecture en quelques minutes et éviter ainsi de finir au

 

panier pour cause de lecture en diagonale un peu rapide. Pour être utile (et non contre-productive), cette lettre doit être efficace, vous présenter vous et votre œuvre en quelques mots bien choisis.

 

89    - Se faire recommander

 

Vous avez déjà quelques contacts dans l'édition mais pas nécessairement chez les bons éditeurs ou dans votre domaine ? N'hésitez pas à vous faire recommander. Finalement, le monde de l'édition est un petit milieu, qui peut sembler fermé vu de l'extérieur mais où l'on peut circuler assez facilement une fois que l'on a un pied dans la maison.

 

90    - Tenter l'e-édition

 

Se faire éditer sans papier ? Cela peut être tentant. Surtout lorsque l'on connaît les coûts d'impression ! Les e-books sont en croissance constante depuis quelques mois et les lecteurs de ces livres « virtuels » de plus en plus nombreux. L'avantage ? Les éditeurs sont moins sélectifs et publient plus facilement des auteurs nouveaux.

 

91    - Se lancer dans l'auto-édition

 

Aucun éditeur ne veut de votre livre ? Cela ne signifie pas qu'il est mauvais. De nombreux succès en librairie ont eu le même départ difficile. Ne vous laissez pas abattre et, si vous vous en sentez capable, tentez l'auto-édition, vous deviendrez votre propre éditeur et assurerez seul la maîtrise d'ouvrage, la promotion et la diffusion.

 

92    - S'inscrire à des concours littéraires

 

Gagner un concours littéraire, c'est l'assurance d'avoir certaines retombées médiatiques (et parfois un joli chèque), une publicité qui vaut de l'or. Contrairement à ce l'on pense, les concours littéraires sont assez nombreux et ne se limitent pas au Goncourt ! Inscrivez-vous dès que vous le pouvez, le comité de lecteurs fera le reste.

 

Voilà une liste de concours littéraires

 

http://www.bonnesnouvelles.net/lesconcoursdenouvellesbn.htm

 

Mais vous en trouverez probablement d'autres

 

93 - Être disponible pour des séances de signatures

 

La rencontre avec le lectorat peut avoir quelque chose d'angoissant pour les auteurs, c'est pourtant un excellent moteur... pour gonfler l'estime de soi ! Ce peut être un capital confiance utile pour les livres suivants, d'autant que les échanges sont généralement bienveillants. C'est aussi un moyen facile d'accès pour se faire connaître.

 

94    - Tenir un blog

 

Les blogs littéraires ont le vent en poupe ! Surfez sur la vague et faites-vous connaître par ce biais. Présentez-y votre parcours, votre œuvre et faites-en aussi un lieu de discussion et d'échange autour de vos lectures ou d'autres auteurs. Si vous vous contentez de ne parler que de votre livre, vous risquez de lasser les internautes.

 

95    - Être visible sur les réseaux sociaux

 

Aujourd'hui incontournables, les réseaux sociaux peuvent vous apporter un plus si vous les utilisez correctement.

 

La méthode qui fonctionne ? Ouvrez vos pages et profils à un maximum de monde pour pouvoir bénéficier de l'effet boule de neige, en sélectionnant si possible des profils eux aussi très populaires.

 

96    - Arpenter les salons littéraires

 

Les salons vous permettront de vous faire connaître auprès des professionnels du milieu et des autres auteurs. Vous faites alors coup double ! Vous pouvez susciter l'intérêt d'un éditeur (si vous êtes auto-édité, ce peut être une bonne idée) et faire des rencontres avec d'autres auteurs qui pourraient déboucher sur des actions communes.

 

97 - Contacter la presse locale

 

Un petit article dans la presse locale ? Les retombées sont généralement très positives et vous permettent de vous faire connaître au moins dans votre région, c'est un début d'autant plus intéressant que l'article peut ensuite servir de tremplin. Les journalistes rechignent rarement à présenter les auteurs du cru, alors n'hésitez pas !

 

98    - Fréquenter les cafés littéraires

 

Des rencontres, des lectures, des signatures, les cafés littéraires organisent toutes sortes d'événements. Les fréquenter, c'est aussi baigner dans un milieu, s'enrichir des expériences vécues par les autres auteurs et gonfler son carnet d'adresses. Quant à participer en tant qu'intervenant, ce sont autant d'occasions de vous faire connaître.

 

99    - Ne jamais se laisser démonter par la critique

 

Si vous vous laissez atteindre par le premier commentaire désobligeant, vous aurez beaucoup de mal à avancer et à continuer de promouvoir votre œuvre. Il ne s'agit pas pour autant de faire la sourde oreille, certaines critiques sont constructives. Mais ayez toujours foi en vous et en votre livre... On ne peut pas plaire à tout le monde, n'est-ce pas ?

 

100    - Fréquenter les forums

 

Les forums de discussion ont l'avantage de permettre de tisser en quelques échanges des liens virtuels qui peuvent être de très bons boosters en période de promotion. Évidemment, il ne s'agit pas d'arriver dans les discussions des forums spécialisés en littérature juste pour faire un peu de publicité, vous vous feriez rabrouer !

 

101 - Assister aux événements locaux

 

Votre ville a très certainement un service culturel, profitez-en ! Prenez le temps de vous y rendre pour vous y présenter et pour expliquer votre travail, parlez de votre livre et laissez faire le reste. Votre ville aura sans doute à cœur de promouvoir un auteur local et vous proposera peut-être d'assister ou de participer à des événements culturels.

 

Epilogue

 

J'arrive au terme de plusieurs jours de travail d'écriture intense. J'espère sincèrement vous avoir transmis mon enthousiasme et quelques bons conseils et quelques astuces.

 

Si j'ai pris le temps d'écrire ce guide, c'est parce que je sais qu'il n'est pas facile d'écrire un livre. Il faut de la persévérance et il est toujours bon d'avoir des conseils.

 

Si vous avez aimé ce guide, je souhaiterais vous demander une faveur : diffusez-le largement !

 

Demandez à celles et ceux à qui vous l'avez offert de m'envoyer un mail à l'adresse marieadrienne@aproposdecriture.com en me précisant votre adresse mail. Pour vous remercier, vous recevrez chacun en contrepartie deux outils bonus très utiles pour l'écriture.

 

Merci

 

Marie-Adrienne Carrara

 

 

 

 

Cliquez sur le lien http://www.aproposdecriture.com/ comment-lire-pour-mieux-ecrire et découvrez l'article complet sur ce sujet dans Aproposdecriture

 

par Marie-Adrienne Carrara, écrivain biographe, formatrice en écriture et auteur du blog Aproposdecriture

Ce livre vous est offert par le site:

 

http://www.aproposdecriture.com/

 

« Écrire un roman - 101 conseils et astuces » de Marie-Adrienne Carrara, est une œuvre mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas de Modification 3.0 non transposé.

 

Le simple fait de lire le présent livre vous donne le droit de transmettre à qui vous le souhaitez à condition de ne pas le modifier, et de toujours citer l'auteur Marie-Adrienne Carrara comme l'auteur de ce livre, et d'inclure le lien:
 
Première édition, © février 2013 Tous droits réservés

Mots-clefs: livre, écrire un livre, astuces pour écrire un livre, 101 conseils et astuces pour écrire un livre, comment écrire un livre, 



03/05/2017
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres