A petaouchnoc

A petaouchnoc

L'ALOÈS arborescent

 

 

Ses bienfaits pour la santé

 

Indication : tous les types de cancer, cancer du foie, cancer de la prostate, anti oxydante , anti vieillissement, anti bactérienne, anti mycosique, anti virale, anti inflammatoire, anti douleur,  cicatrisante, stimulant du système épithélial Immunomodulateur, régulateur de l’hypoglycémie, Diabète, Régulateur de l’appareil digestif, Régulateur de l’appareil circulatoire, Affections cutanées, Élimination des toxines, Rhumatismes, arthrose, Candida albican, Herpes, stimulant de l’appareil immunitaire (en cas de chimiothérapie), revitalisant, Appareil respiratoire (poumons et bronches), Champignons, Pied d'athlète, Cors, Fistule dans la gencive, Abcès, Tonique capillaire, anti pelliculaire, Brûlures domestiques, Fatigue, oculaire-Orgelet, Conjonctivite, Cataracte, Inflammations des gencives (gingivites), inflammation de la langue (glossites), inflammation de la muqueuse buccale (stomatites), Brûlures aux rayons X, Blessures (grand pouvoir cicatrisant), antibiotique, foulure, cassure, entorse, anti tétanique, Eczémas, Hémorroïdes, décongestionne le foie, Purificateur de l'air pollué par le tabac, Anémie, Constipation, Rhumatismes, cicatrise les ulcères de la rétine et autres blessures de l’œil, Verrue, Acné, Vers solitaire, Kystes sébacés.

 

1A 4 ALOES.JPG

 

Aloés arborescent

 

 Je puis vous faire parvenir des feuilles fraîches d'Aloès Arborescent . Là ou je suis en ce moment aux Açores ni l'air ni la terre ni l'eau ne sont pollués. tout ce qui pousse en France en 10 ans ou tout est pollué, pire, pourrit, pousse ici en 2 ans. Un agriculteur français vend de l'aloès: arrosée au flor et au chlor? Voir l'article.

canellebettencourt@mail.com

  1. 1.      Présentation.
  2. 2.      Historique.
  3. 3.      Description botanique.
  4. 4.      Composition analytique.
  5. 5.      Propriétés.
  6. 6.      Caractéristiques biologiques et phytothérapiques.
  7. 7.      L'Aloe vera en cosmétique.
  8. 8.      L’aloe vera en médecine vétérinaire.
  9. 9.      Ou trouver de l’Aloa vera fraîche ?
  10. 10.  Recettes
  11. 11.  Autres précisions importantes. 

 

 L'aloés arborescens est meilleure que l'aloé vera. Il n'y en a pas partout, c'est la raison pour laquelle la para-pharmacie privilégie l'Aloé Vera.

 

La feuille de l’Aloe Vera est érigée (pointe vers le haut) et relativement droite. Son inflorescence est jaune.

 

L’Aloes Arborescens possède un tronc sur lequel se développent les bourgeons puis les rosettes des feuilles qui sont étalées et courbes. Son influorescence est rouge. Sa croissance est plus lente que celle de l’Aloe Vera.

 

C’est à partir de l’âge de 4 ans que l’aloes arborescens posséde l’ensemble des vitamines, acides aminés, oligo-éléments, enzymes et minéraux indispensables à l’organisme.

 

L’Aloe Vera est cultivé de manière industrielle depuis de nombreuses années ce qui n’est pas le cas de l’Aloe Arborescens.

 

 

Présentation

 

      Les bons vieux remèdes de grands-mères qui se transmettent de génération en génération depuis des siècles, voire, pour certains, des millénaires, les fameux remèdes de "bonne femme" (expression ayant pris un sens péjoratif en France alors qu'elle vient de l'italien "bona fama", qui signifie "bonne renommée") remplacent favorablement presque toujours la pharmacopée contemporaine.

 

C'est ainsi que l'ail, l'Aloès, l'argile, l'artichaut, le chou, le ginseng, le miel, la propolis, la spiruline, le curcuma, la cannelle, pour n'en citer que quelques-uns parmi les nombreuses plantes et produits naturels qui ont été, et sont toujours, étudiés par des chercheurs du monde entier, sont tous reconnus aujourd'hui comme des remèdes utiles et efficaces pour bien et mieux se porter.

 

1 A ALOE VERA.JPG

 

Historique :

 

Depuis au moins 5 000 ans, à des époques différentes et dans des régions du monde fort éloignées les unes des autres, l'homme a toujours utilisé l'Aloès pour prévenir ou soigner nombre de ses maux. En effet, maintes preuves archéologiques et historiques témoignent de ses multiples et identiques usages médicinaux dans toutes les grandes civilisations sans aucune exception.

 

- Civilisation Sumérienne, où l'on retrouve les premières traces de l'usage thérapeutique de l'Aloès sur des tablettes d'argile gravées en caractères cunéiformes remontant au 3e millénaire av. J.-C. (environ 5000 ans), découvertes en 1948 dans les ruines de Nippur.

 

- Civilisation Chinoise, où le Pen T'sao, l'un des premiers ouvrages sur les plantes médicinales, qui date également du 3e millénaire av. J.-C. (environ 4700 ans), et surtout l'illustre Li Che Tchen, qui a révisé ce traité au 16e siècle, classe l'Aloès parmi les plantes aux vertus thérapeutiques majeures sous l'appellation de "Remède d'harmonie et la considère comme la plante spécifique du traitement des brûlures et des affections de la peau.

 

- Civilisation Mésopotamienne, où l'Aloès apparaît encore sur des tablettes d'argile gravées en caractères cunéiformes, remontant au 2e millénaire av. J.-C. (environ 4000 ans), découvertes dans les ruines de l'antique Elba en 1973.

 

- Civilisation Égyptienne, avec le fameux papyrus d'Ebers (nom de celui qui l'a déchiffré après sa découverte dans les ruines de Louksor) écrit à Thèbes au cours du 2e millénaire av. J.-C. (environ 3600 ans), le plus ancien document de la médecine égyptienne parvenu jusqu'à nous. Cet ouvrage, qui a pour titre Livre de préparation de médicaments pour toutes les parties du corps humain, reproduit en signes hiéroglyphes de nombreuses formulations à base d'Aloès.

 

- Civilisation Arabe qui, dès le 6e siècle av. J.-C., fut l'une des premières à produire des extraits commerciaux d'Aloès à base de sève et pulpe mélangées. Ces extraits résineux, qui servaient surtout de laxatif, mais aussi à bien d'autres usages internes et externes, ont largement contribué à la diffusion de l'Aloès dans de nombreux pays du Moyen-Orient et d'Asie.

 

- Civilisation Indienne, où l'Aloès figure en bonne place parmi les plantes majeures citées dans les textes fondamentaux de l'Hindouisme consacrés aux plantes et aux préparations secrètes, destinées à soigner toutes sortes de maladies, sous l'appellation de "Guérisseur silencieux".

 

- Civilisation Gréco-Romaine, où Hippocrate (le père fondateur de la vraie médecine, non de notre médecine occidentale), Aristote, Celsus, Dioscoride (l'auteur du célèbre De Materia Medica, qui restera le livre de référence en matière de médecine par les plantes jusqu'au l5ème siècle), Pline l'Ancien, Galien, et bien d'autres illustres médecins ou savants de l'Antiquité, signalent tous l'intérêt de l'Aloès comme laxatif, comme coagulant du sang, pour soigner les contusions, les blessures et les gerçures, pour traiter les furoncles et les affections oculaires, pour soulager les ulcères génitaux, pour arrêter la chute des cheveux, pour embellir la peau, etc.

 

- Civilisations Africaine, Amérindienne et autres, où, même s'il n'existe pas de traces écrites très anciennes, il est pratiquement certain que l'usage traditionnel de l'Aloès, toujours présent de nos jours par transmission orale, tire ses racines de temps extrêmement lointains.

 

- Civilisation Européenne, où l'utilisation de l'Aloès, introduit et utilisé assez tardivement (seulement à l'époque de la Renaissance), restera pratiquement cantonnée à ses propriétés laxatives jusqu'à la fin du siècle dernier, époque où l'on commence enfin à parler de quelques autres de ses vertus, alors que, dans le même temps, il continue d'être abondamment utilisé dans tous les pays où il pousse à l'état naturel.

 

- Époque contemporaine, où, depuis une cinquantaine d'années, cette longue histoire universelle de l'Aloès retient définitivement l'attention d'éminents chercheurs, notamment Russes et Américains, et donne lieu à de nombreux travaux analytiques, pharmacologiques, cliniques, qui confirment les usages médicinaux de toutes les traditions ancestrales et en découvrent même d'autres. Mais ce n'est vraiment qu'après 1968, avec l'aboutissement des recherches d'un pharmacien Texan aux États-Unis : Bill Coats, sur la stabilisation de la pulpe fraîche de l'AIoe par un procédé naturel, que cette plante va connaître l'essor qu'on lui connaît aujourd'hui dans le monde entier. (Croyez-vous que les labos français paient des redevances à Bill Coats ? Il leur retire le pain de la bouche).

 

1 A 2 Aloe vera.JPG

 

 

Description botanique :

 

Il existe plus de 300 espèces d'Aloès, mais, jusqu'à présent, seules quelques-unes sont renommées pour leurs venus médicinales. Parmi les plus utilisées de nos jours, il faut citer l'Aloe arborescens qui pousse essentiellement dans certaines régions subtropicales du sud de la Russie ; l'Aloe ferox , communément appelé Aloès du Cap, qui pousse à l'état sauvage en Afrique du Sud ; et surtout l'Aloe vera , ou Aloe barbadensis , ou encore Aloe vulgaris  soit trois appellations différentes pour cette même espèce en fonction des botanistes qui l'ont baptisée - ce qui n'est malheureusement pas rare en botanique et dans le milieu de la science en particulier ou grouillent un nombre certain d’escrocs officiels , espèce originaire d'Afrique du Nord, introduite et cultivée aux Antilles, en Espagne, au Portugal dés le l7ème siècle, qui a vu sa culture se répandre et s'intensifier considérablement au cours des vingt dernières années dans diverses régions du monde où le climat et le sol s'y prêtent.

 

L'Aloes arborescens appartient à la famille des liliacées, à laquelle appartiennent également l'ail, l'asperge, la jacinthe, le lys, la tulipe, etc.,

 

L'Aloes et l'aloe vera sont des plantes arborescentes d'environ 80 cm de haut (1,80 m avec les hampes florales), aux racines courtes et peu profondes, dont la tige très courte, robuste et ligneuse, porte un faisceau de feuilles charnues, de forme lancéolée à section triangulaire et aux extrémités pointues, qui sont disposées en rosette (les jeunes feuilles poussant au milieu et les plus vieilles étant à l'extérieur). Ces feuilles lisses à cuticule épaisse, d'une très belle couleur verte, atteignent 80 cm de long et 10 cm dans leur plus grande largeur, avec des bords munis d'épines jaune clair.

 

La coupe transversale de l'une de ces feuilles permet de distinguer successivement, en allant de l'extérieur vers l'intérieur la cuticule, une couche épidermique chlorophyllienne, un derme cellulosique dans lequel circule une sève (ou suc) rouge brunâtre tirant sur le jaune (le "sang" de l'Aloès) substance très amère à partir de laquelle sont préparées les formes traditionnelles d'utilisation pharmaceutique à visée digestive (notamment laxatives), et enfin, au centre, la pulpe proprement dite parenchyme mucilagineux incolore très épais, qui n'est autre que le fameux gel de l'Aloe vera, tant recherché pour ses multiples propriétés salutaires.

 

Les fleurs, réparties habituellement sur deux ou trois hampes (chacune d'elle en portant plusieurs dizaines), sont tubuleuses, pendantes, en forme de petites trompettes de couleur jaunâtre, et éclosent successivement. Le fruit est une capsule.

 

À l'état naturel, l'Aloes pousse sur des terrains sablonneux et calcaires de régions semi-désertiques au climat chaud et sec dans de nombreuses parties du monde : Afrique du Nord, Proche-, Moyen- et Extrême-Orient, sud de l'Amérique du Nord, Amérique Latine. Sa durée de vie dépasse rarement une trentaine d'années, et sa reproduction s'opère par graines ou, beaucoup plus facilement, par les rejets (ou stolons véritables clones de la plante mère) qui poussent autour de son pied. Très facile à cultiver, il est dorénavant planté industriellement sur de vastes étendues dans divers pays : États-Unis, Mexique, Caraïbe, Philippines, Espagne, Portugal, etc.

 

1 A 3 ALOE VERA.JPG

 

 

Composition analytique :

 

L'analyse chimique de la feuille d'Aloes commence après 1850 avec l'isolement du principal principe actif de sa sève qui fut dénommé aloïne, substance à l'origine de ses propriétés digestives (stomachique, cholagogue et laxative) qui étaient les seules officiellement reconnues par la médecine occidentale de l'époque.

 

Ce n'est que beaucoup plus tard, après 1930, que de nouvelles recherches analytiques tentent de trouver les autres principes actifs susceptibles d'expliquer ses nombreuses autres vertus en rapport avec le gel de sa pulpe fraîche. Sa composition se complète alors progressivement au fil des années avec l'évolution des moyens techniques d'analyse, de plus en plus performants, dont disposent les chercheurs.

 

C'est ainsi qu'actuellement, sans pouvoir dire que l'on ne trouvera pas encore de nouvelles substances actives, on peut considérer que la composition de la feuille d'Aloes est pratiquement connue en totalité pour ce qui est de ses composants actifs les plus essentiels.

 

Compte tenu de la variabilité de certains pourcentages quantitatifs tributaires de la variété d'Aloes , de la nature du sol, des conditions météorologiques, des méthodes d'extraction, etc., je me contenterai de vous donner ici la seule composition qualitative telle qu'elle ressort des derniers travaux réalisés en la matière.

 

Comme pour de nombreuses autres plantes médicinales, la feuille de l'Aloes comporte une multitude de principes actifs et de composants (plus de 150) associés de façon très complexe, dont la reconstitution est absolument impossible à réaliser en laboratoire. Cette richesse de composition est certainement à l'origine des multiples vertus ancestrales de l'Aloes , sans que l'on puisse toujours attribuer telle ou telle action à tel ou tel composant (en dehors de la barbaloïne et autres dérivés anthracéniques de la sève dont on sait qu'ils sont à l'origine des propriétés digestives). Il est d'ailleurs vraisemblable que beaucoup de ses propriétés sont le fait d'une action synergique de plusieurs d'entre eux - peut-être même, pour certaines, de la totalité - selon un dosage privilégié parfaitement équilibré.

 

 

Propriétés

 

La feuille fraîche de l'Aloe vera contient essentiellement :

 

 

7% de protéines 2% de lipides

22% de ceneri total des minéraux de la plante

70% d’hydrates de carbone, comprenant nombre de glucides simples et complexes

 

Et enfin un pourcentage, quantitativement et biologiquement important de vitamines, acides aminés et toutes autres molécules organiques naturelles, caractéristiques les plus diverses, représentant une partie du principe très actif, biologiquement efficace caractérisant l’Aloès.

 

- Monosaccharide : Glucides simples, Glucose et magnésium de 10% à 25%

 

- Acide Salicylique :  Composant de l’aspirine, anti douleur et anti-inflammatoire

 

- Des dérivés anthracéniques (spécifiques de la sève), barbaloïne (nom maintenant adopté par la plupart des Pharmacopées en remplacement d'aloïne), aloe-émodol ou aloe-émodine, isobarbaloïne, aloïnosides et hydroxy-aloïnes.

 

- Des mono et polysaccharides : cellulose, glucose, mannose, aldonentose et L-rhamnose.

 

- Des acides aminés : avec 18 des 22 aminoacides présents dans notre organisme, dont 7 des 8 dits "essentiels" qui sont indispensables à la vie, que l'organisme ne peut pas synthétiser et qu'il lui faut donc trouver journellement dans l'alimentation acide glutamique, acide aspartique, alanine, arginine, cystine, glycine ou glycocolle, histidine, isoleucine, leucine, lysine, méthionine, phénylalanine, proline, sérine, thréonine, tyrosine et valine. Il est important de noter que cette longue liste d'aminoacides comporte 7 des 8 acides aminés indispensables à la vie que notre organisme ne peut pas synthétiser et qu'il lui faut donc trouver journellement dans l'alimentation. Cette richesse en acides aminés essentiels confère à l'Aloes un atout diététique, entre autres, dont l'intérêt est tout à fait évident.

 

- Des éléments minéraux : dont chacun a un rôle capital, souvent indispensable, même à doses infinitésimales (oligo-éléments), dans de nombreuses réactions biochimiques participant au bon fonctionnement du métabolisme cellulaire de tout l'organisme, et dont la carence est à l'origine de multiples troubles maladifs. Calcium, chlore, cuivre, chrome, fer, lithium, magnésium, manganèse, phosphore, potassium, sodium, zinc, cobalt pour ne citer que les plus importants. Éléments qui jouent tous, même à doses infinitésimales (oligo-éléments), un rôle capital au niveau de nombreuses réactions biochimiques qui régissent le métabolisme cellulaire en général. 

 

- Des vitamines : À - B1 ou thiamine - B2 ou riboflavine - B3 ou vitamine PP ou nicotinamide - B6 ou pyridoxine - B9 ou acide folique - B 12 ou cyanocobolamine - C ou acide ascorbique et E ou tocophérol. Il est utile de rappeler le rôle important joué par ces vitamines dans le développement harmonieux et le maintien en bon équilibre de l'organisme humain dans son ensemble.

 

- Des enzymes (ou diastases) : qui facilitent la digestion et favorisent l'assimilation des autres aliments de la ration habituelle, avec pour conséquence un bien meilleur apport de nutriments pour l'organisme. Amylase, catalase, cellulase, lipase, oxydase et phosphatases, qui ont des rôles spécifiques de catalyseurs dans de nombreuses réactions chimiques organiques essentielles.

 

- D'autres constituants non négligeables : aloésine, aloénine, acide cinnamique, acide chrysophanique, résistanol (dérivé alcoolique de l'acide cinnamique), lignine, saponines, choline (dont l'action participe à la régulation du taux de cholestérol dans le sang, au bon fonctionnement du foie et aux processus de mémorisation), huiles volatiles, etc.

 

 

Les récentes études effectuées par l’institut du Palatin Salzano Venezia en Italie montrent que l’aloe arborescens est deux fois plus riche en substances actives que l’aloe vera.

 

La concentration en aloïne (substance laxative) dans l’aloe arborescens est beaucoup plus faible que dans l’aloe vera. La feuille peut être utilisée et consommée dans son intégralité.

 

 

Caractéristiques biologiques et phytothérapiques

 

La pulpe de l'Aloes possède de très nombreuses propriétés qui peuvent être classées de la façon suivante:

 

- Dermatologie : du fait de ses actions : hémostatique, anesthésique, bactéricide, cicatrisante et anti-inflammatoire (liées à nombre de ses composants agissant vraisemblablement en parfaite synergie) qui sont toutes fondamentales pour obtenir rapidement la guérison d'une grande part de la pathologie cutanée traumatique (blessures, brûlures, irritations, etc.), ou non traumatique (les dermatoses en général).

 

- Nutritionnelles :  dans le cadre de la complémentarisation alimentaire. La pulpe de l'Aloes apporte un appoint en éléments vitaux (acides aminés, minéraux et oligo-éléments, vitamines, etc.) quantitativement peu important mais qualitativement d'une très grande richesse. Cette richesse qualitative débouche sur une bonne ré équilibration organique et augmente la résistance du terrain biologique, lui permettant ainsi de mieux résister aux agressions de toutes sortes (microbiennes, stress, etc.) dont il est en permanence l'objet.

 

- Cosmétologie : en raison de ses extraordinaires actions cutanées ré équilibration du pH curané, desquamation des cellules mortes de l'épiderme, hydratation et nourrissement de la peau en profondeur, stimulation de la multiplication cellulaire des fibroblastes du derme qui font de la pulpe de l'Aloes un véritable "régénérant" cutané. Actions auxquelles s'ajoutent encore ses propriétés : astringentes, adoucissantes et protectrices, qui en font l'un des plus remarquables produits naturels de beauté que l'on puisse trouver.

 

- D'autres propriétés très importantes (anti-ulcéreuse gastrique, anti-diabétique, etc.), en voie d'être reconnues, viendront certainement enrichir cette liste dans un proche avenir.

 

Anti oxydante

Anti vieillissement

Anti bactérienne

Anti mycosique

Anti virale

Anti-inflammatoire et anti douleur Cicatrisante

 

Stimulant du système épithélial Immunomodulateur

 

Régulateur de l’hypoglycémie,

 

Diabète

 

Anti Cancer (actif contre cellules cancéreuses et précancéreuses (études in vitro et sur l’animal) Cancer du poumon et de la plèvre , Cancer du colon et estomac, du foie.. .etc. (prouvés et constatés chez l’homme)

 

Régulateur de l’appareil digestif

Régulateur de l’appareil circulatoire

Affections cutanées,

 

Élimination des toxines,

Rhumatismes,

Candida albican,

Herpes

Stimulant de l’appareil immunitaire (en cas de chimiothérapie)

Appareil respiratoire (poumons et bronches)

 

Cardio-vasculaire : (par voie buccale) : Hypercholestérolémie et artériosclérose avec ses conséquences cardio-cérébrales.

 

Digestive : (par voie buccale) : Ballonnements et flatulences - mauvaise haleine d'origine digestive - Irritation colique -Constipation fonctionnelle. Notamment une bien meilleure digestion des aliments (grâce aux nombreuses enzymes qu'elle contient) avec diminution des putréfactions intestinales, ainsi qu'une légère action apéritive et une action tonifiante sur les intestins susceptible de régulariser un transit intestinal ralenti, mais sans action laxative proprement dite.

 

Ostéo-ligamentaire :  (par voie locale externe) : Foulures -Entorses - Tendinites (en association, le plus souvent, avec l'application simultanée de glace ou d'aimants).

 

Dermatologie :  (par voie locale externe) qui constitue le champ d'action privilégié de la pulpe d'Aloe vera :

 

- Brûlures à tous les degrés (dont les coups de soleil qui sont des brûlures au 1" degré) et quelles qu'en soient les causes : feu, liquides bouillants, électricité, rayons X, etc.

 

- Engelures, gerçures et crevasses.

 

- Ampoules, rougeurs (érythèmes) et irritations cutanées en général, notamment l'érythème fessier du nourrisson.

 

- Écorchures, coupures et blessures dans leur ensemble, ainsi que les contusions.

- Ulcères variqueux et ulcérations en général, ainsi que toutes les cicatrisations lentes et difficiles.

 

- Vergetures (préventivement et curativement).

 

- Piqûres d'insectes et prurits de localisations diverses (y compris le prurit anal et le prurit vulvaire chez la femme).

 

- Psoriasis, lupus érythémateux et certaines formes d'eczéma.

 

- Herpès buccal et génital.

 

- Séborrhée du cuir chevelu, états pelliculaires et chute anormale des cheveux.

 

- Vieillissement prématuré de la peau (préventivement et curativement).

 

Ophtalmologie : (par voie locale externe): Fatigue oculaire-Orgelet - Conjonctivite - Cataracte.

 

Stomatologie : (par voie locale interne )

 

- Inflammations des gencives (gingivites), de la langue (glossites) et de la muqueuse buccale (stomatites).

 

- Suites opératoires d'extraction dentaire ou parodontale et hygiène bucco-dentaire habituelle.

 

- Endocrinien : (par voie buccale) : Suite à une expérimentation sur 5 000 patients ayant duré cinq ans, la pulpe fraîche d'Aloe vera incorporée à l'alimentation semble apporter une nette amélioration du diabète gras.

 

 

L'Aloes en cosmétique

 

Toujours grâce à sa richesse en nutriments vitaux, mais aussi, et surtout. Du fait de ses remarquables propriétés régénératrices cutanées : hydratante et nourrissante, astringente, tonifiante, raffermissante, nettoyante. Adoucissante et déodorante, la pulpe de l'Aloes est "naturellement" un produit cosmétique de tout premier plan. En effet :

 

Elle a un pH très voisin de celui de la peau normale qui est voisin de 5, donc légèrement acide. En conséquence, non seulement elle ne modifie pas ce pH cutané, mais elle le rééquilibre s'il est perturbé (ce qui est fréquemment le cas de nos jours avec les produits d'hygiène habituellement utilisés qui provoquent un pH alcalin favorisant l'apparition de nombreux problèmes de peau).

 

Elle a un extraordinaire pouvoir hydratant et nourrissant, à la fois rapide et en profondeur, merveilleusement complété par son pouvoir astringent. C'est ainsi que tout en apportant de l'eau, et les éléments vitaux qui l'accompagnent, aux tissus cutanés, elle permet aussi à la peau de conserver cet apport en totalité.

 

Grâce à ses enzymes protéolytiques, elle élimine les cellules mortes de l'épiderme, ce qui permet à la peau de mieux "respirer" et d'avoir une meilleure irrigation sanguine capillaire, donc de mieux se régénérer, avec pour conséquence immédiate un plus joli teint.

 

Elle active la croissance cellulaire des fibroblastes du derme, cellules qui sont à l'origine de la fabrication du collagène rentrant dans la composition de la substance intercellulaire fondamentale de la peau, avec un effet rapide de raffermissement des tissus cutanés et, à moyen terme, un net ralentissement du vieillissement de la peau, d'où une apparition plus tardive des rides.

 

En réduisant la transpiration, et grâce à ses propriétés bactéricides qui détruisent certaines bactéries cutanées à l'origine de mauvaises odeurs, elle constitue également un bon déodorant naturel.

 

Toutes ces actions se conjuguent pour donner une peau douce, souple, ferme, au teint éclatant et d'une grande fraîcheur, ainsi qu'un cuir chevelu sain avec des cheveux plus solides, souples et brillants.

 

C'est ainsi que la pulpe d'Aloes (associée ou non à d'autres produits actifs bénéfiques à la peau : vitamine E, huiles végétales, etc.) est très efficace, préventivement et curativement, dans de nombreux domaines touchant à la beauté de la peau et des cheveux, tout particulièrement :

 

- L'entretien physiologique des peaux normales et le traitement des peaux trop sèches, trop grasses ou très fragiles.

 

- La protection contre les méfaits cutanés du soleil, du vent et de la pollution citadine.

 

- En fond de base avant maquillage, et comme démaquillant avant de se coucher.

 

- L'entretien des cheveux qu'elle fortifie, avec amélioration et régularisation des problèmes de cuir chevelu source de pellicules et de chute anormale des cheveux (souvent ici en association avec une huile végétale comme l'huile d'olive vierge ou l'huile de jojoba).

 

- L'hyper sudation (ou hyperhidrose) et les odeurs peu agréables qui peuvent en résulter.

 

- L'atténuation des vergetures et des cicatrices disgracieuses.

 

- Le raffermissement des seins après l'accouchement, l'allaitement, ou une cure d'amaigrissement.

 

- Le traitement des "points noirs", de l'acné et des rougeurs diverses du visage.

 

- L'amélioration de la cellulite en massages et cataplasmes locaux, où elle est généralement associée à d'autres plantes d'action complémentaire pour une plus grande efficacité (Fucus vésiculeux, Lierre rampant, etc.).

 

Je vous signale d'ailleurs que, dans ce domaine de la beauté, la prise par voie générale interne est vivement recommandée en même temps que les soins externes, car la véritable beauté est aussi le reflet d'un bon équilibre physiologique auquel la pulpe d'Aloes prise de façon alimentaire peut contribuer grandement.

 

Il existe quelques préparations cosmétiques à base de pulpe d' Aloes qui peuvent être faites par soi-même crèmes et masques de beauté, shampooings, etc., mais cela est souvent long et peu aisé à réaliser. Je vous conseille donc de faire appel à des produits spécialisés prêts à l'emploi qui répondent exactement à vos besoins. Il en existe de nombreuses gammes dont chacun des produits répond à un usage précis. Mais attention, tout comme pour les autres produits de beauté, il existe le meilleur, mais trop souvent c’est le pire qui l’emporte...

 

Là encore, la simple mention "Aloes" sur un emballage est loin d'être suffisante pour en obtenir toute l'efficacité escomptée.

 

 

L'Aloes en médecine vétérinaire

 

 

Sans être une plante miraculeuse dans ce domaine, l'Aloes se révèle très efficace, en usage interne ou (et) externe, pour prévenir et guérir de multiples pathologies (plus spécifiquement traumatique, dermatologique, ophtalmique et infectieuse) qui touchent les chevaux, veaux, vaches, cochons, moutons, poules, chiens, chats, oiseaux, et bien d'autres animaux, cela sans aucune toxicité ni effets secondaires.

 

Dans la grande majorité des cas, l'Aloes vous surprendra par la rapidité avec laquelle il remettra sur pied vos animaux domestiques ou de compagnie préférés, et sans que l'on puisse arguer ici du moindre effet placebo, mots si cher aux détracteurs de ces thérapeutiques douces et naturelles.

 

 

Pour avoir plus de détails sur ce sujet, je vous recommande la lecture des ouvrages suivants Le Docteur vert par Robert Dehin ou encore : Aloès Hygiène et santé des animaux par Marc Schweizer (Apophtègme éditeur - 1997), et enfin, pour ceux qui lisent l'anglais, le livre de référence: Creatures in our care: The veterinary uses of Aloe vera par Bill Coats et Richard Holland (U.S.A. - 1985).

 

 

Où trouver l'Aloes ?

 

Je vis pour le moment aux Açores. Le sol volcanique est très riche. Je peux vous envoyer des feuilles fraiches d’aloés arborescent par la poste : 4 à 5 feuilles, 1 m ou plus. Enveloppées dans du papier journal et au frigidaire les feuilles fraiches se conservent plusieurs semaines. Voir la recette de conservation.

 

 

Me contacter par mail :

 

canellebettencourt@mail.com

 

 

 

Pour être bienfaitrice, la plante doit être âgée au minimum de 4 ans. Si vous décidez de planter un aloe dans votre jardin, choisissez un coin très ensoleillé, et arrosez-le de préférence le matin de bonne heure à l'occasion de belles journées, seulement pour maintenir la terre légèrement humide.

 

L'Aloes est une plante très résistante et facile d'entretien, vous n'aurez donc aucun mal à en faire pousser si vous désirez avoir chez vous un "Docteur vert" toujours présent et disponible pour le traitement efficace de nombreux premiers soins.

 

Il vous suffira de couper une belle feuille extérieure dont vous sectionnerez les extrémités supérieure et inférieure, ainsi que les deux côtés, avant d'enlever délicatement, avec un grand couteau, la cuticule et le derme pour ne garder que le magnifique "filet" transparent de la pulpe que vous utiliserez alors, immédiatement, pour l'usage recherché.

 

La vogue récente de l'Aloes arborescens et  vera (les mêmes bienfaits, et l'arborescens est supérieure) donne lieu à de nombreuses spécialités dont beaucoup ne sont pas toujours irréprochables, même si elles affichent "Aloès" en gros caractères sur leurs emballages.

 

Il faut donc vous assurer du pourcentage existant dans la composition du produit que vous allez acheter. (je ne crois pas les étiquettes !)

 

Certains gels fabriqués à partir de poudre sont reconstitués par addition d'eau et de carraghénanes (mucilage extrait de certaines algues rouges, notamment Chondrus crispus dont un des noms vernaculaires est la "Mousse d'Irlande") substances dont l'action épaississante leur donne une consistance proche du gel naturel. De tels gels peuvent très bien comporter la mention pleinement justifiée de 99 ou 100% d'Aloes alors qu'il s'agit d'une reconstitution dont l'efficacité est moindre que le gel originel simplement stabilisé. Pour en être sûr, regardez si la composition comporte de la "Mousse d'Irlande" : si c'est le cas, il s'agit d'un gel reconstitué.

 

Un autre artifice commercial également rencontré, consiste à mettre "Aloe vera 100 % stabilisé" qui signifie en fait que l'Aloe vera utilisé, quel que soit son pourcentage - même homéopathique - est stabilise à 100 %... et rien d'autre.

 

Aux canaries les propriétaires d’aloés pleurent misère. Avec 50 kgs de feuilles achetées, les laboratoires fabriquent des millions de flacons.

 

 

Recettes :

 

 

La recette originale des Franciscains, utilisée non seulement au Brésil, mais aussi en Italie et au Portugal, est la suivante :

 

Ingrédients

 

500 gr de miel pur.

 

40 à 50 ml d'eau de vie, cognac ou whisky (boisson distillée, non fermentée)

 

Feuilles d'aloes arborescens : 2 ou 3 feuilles ou plus de manière à atteindre un mètre de long en les plaçant en file indienne.

 

Fabrication

 

Enlever avec un couteau les bords épineux des feuilles ainsi que la poussière en utilisant un linge humide ou une éponge. Couper en morceaux les feuilles (en petits dés) et verser avec le miel et l'alcool dans un mixeur.

 

Bien triturer et conserver dans une bouteille ou un flacon de verre foncé (brun ou vert) de préférence dans un réfrigérateur (4 à 6°).

 

Posologie

 

1 cuillère à soupe 10 à 20 minutes avant les 3 principaux repas.

 

Agiter fermement le flacon avant de s'en servir.

 

Le traitement courant consiste à utiliser une bouteille ou un flacon. Si les résultats ne sont pas probants, répéter le traitement après un intervalle de 3 à 7 jours.

 

En cas d'insuccès, recommencer encore après un intervalle de 3 à 7 jours, mais en doublant la dose : 2 cuillères à soupe avant chaque repas.

 

Si vous ne supportez pas l'alcool, il existe une variante à la recette des Franciscains, que vous pouvez aussi utiliser comme tonique général et en prévention de la plupart des maladies :

 

Ingrédients

 

250 gr de feuilles d'aloes coupées en dés comme la formule originale.

 

200 gr de jus de citron bien frais.

 

3 à 4 cuillères à soupe de miel pur de qualité.

 

Fabrication

 

Mélanger et broyer au mixeur. Conserver au réfrigérateur, éviter la lumière.

 

Posologie

 

Idem à celle des Franciscains. Eviter de fabriquer des quantités supérieures à un 1/2 litre pour toujours consommer le produit frais.

 

 

Autres précisions :

1) Les protéines

 

L’aloes arborescens contient des protéines essentielles qui fournissent de l’énergie et régénèrent les tissus. L’aloes arborescens possède 8 des 9 acides aminés essentiels que notre organisme ne fabrique pas et qui doivent lui être apportés par l’alimentation. D’après le manuel d’information d’Alessandro Floridi. Les propriétés de l’Aloes Arborescens

Acides aminés essentiels :

 

Isoleucine : Nécessaire à la formation de l’hémoglobine, régule le niveau de glucose sanguin, améliore l’endurance musculaire.

 

Leucine : Stimule la synthèse des protéines dans les muscles, stimule la libération d’insuline, promeut le processus de guérison os, peau, muscles

 

Lysine : Formations des anticorps, metabolisme, des glucides, absorption des graisses, favorise l’absortion du calcium.

Méthionine : puissant anti-oxydant, élimination des métaux lourds.

 

Phenylalanine : contribue au fonctionnement optimal du système nerveux, utile contre les états dépressifs. Action analgésique.

 

Théonine : participe à la formation du collagène, de l’élastine, de l’émail des dents , et à la formation d’anticorps. Participe au bon fonctionnement intestinal et digestif.

 

Thryptophane : précurseur de la sérotonine, effet calmant, antidépresseur et favorise le sommeil.

 

Histinine : croissance et réparation des tissus, maintient l'intégrité de la myeline protectrice des nerfs, aide à éliminer les métaux lourds. Précurseur de l'histamine

 

Valine : Effet stimulant, participe à la réparation des tissus, source d’énergie pour les muscles.

 

Acides aminés secondaires

 

Acide aspartique : Constitue des neurotransmetteurs majeurs du cerveau, participe à la synthèse ADN, ARN, immunoglobulines et anticorps. Augmente la résistance à la fatigue, l’endurance, l’agent de chélation.

 

Acide glutamique : neurotransmetteur contribue aux fonctions prostatiques , précurseur de la glutamine et de l’acide gamma amino-buthyrique (GABA). Transporte le potassium au niveau cérébral. Vivacité d’esprit, attention et mémoire.

 

Alanine : neurotransmetteur, production des lymphocytes, dégradation des lithiases d’oxalate et de phosphate présents dans les sécrétions prostatiques.

 

Arginine : stimule les fonctions immunitaires, participe à la réparation du tissu conjonctif et de la peau, contribue a abaisser le taux de cholestérol sanguin, la pression artérielle, aide à remédier aux désordres hépatiques.

 

Cystéine : acide aminé soufré. Chaque molécule de cystine est formée de 2 molécules de cystéine. Constituant de la kératine (cheveux, ongles, cellules superficielles de la peau), détoxication, guérisons brûlures et blessures. Stimule le système immunitaire et protège la vitamine C de l’oxydation.

 

Glutamine : converti en acide glutamique dans le cerveau. Participe à l’équilibre acido- basique, favorise la cicatrisation des ulcères...

 

Glycine : croissance musculaire, calmant sur les neurones, synthèse ADN-ARN contribue à abaisser les taux de triglycérine et cholestérol sanguins, propriétés cicatrisantes, detoxication hépatique.

 

Hydroxyproline : précurseur de la proline. Guérison des blessures, constituant de la structure du collagène.

Proline : synthèse du collagène, santé de la peau, des articulations, des tendons, tonifie le muscle cardiaque, guérison des blessures.

Sérine : métabolisme des acides gras, croissance musculaire, équilibre du système immunitaire. Composant des protéines cérébrales et de la gaine de myéline. Production immunoglobulines et anticorps.

 

Tyrosine : précurseurs de neurotransmetteurs (dopamine, noradrénaline, adrenaline et L-Dopa), régulateur de l’humeur, favorise la perte de poids en régulant l’appétit, participe à la production de mélanine (couleur, peau et cheveux). Aide en situation de stress, normalise la pression artérielle.

 

2) Les acides

 

Chez les plantes grasses les acides permettent une diminution de la transpiration et une augmentation de la résistance à la sécheresse.

 

Emodine : l’aloe émodine est une hydroxyanthraquinone présente naturellement dans les aloès. Elle a un effet laxatif. Différentes études rapportent que cette molécule aurait un effet anticancéreux.

 

Aloïne : aussi connue sous le nom de barbaloïne, c’est un composé amer de couleur jaune-marron et un puissant composé laxatif

 

Anthranol : anti-mitotique utilisé dans le traitement du psoriasis chronique y compris dans le cuir chevelu.

 

Acide uronique : rôle essentiel dans la détoxification hépatique.

 

Acide salicylique : action anti-douleur et anti-inflammatoire.

 

Acide aloétique : action antibiotique.

 

Acide crysophanique : colorant jaune orangé présent dans les racines de rhubarbe,de cascara, et employé en dermatologie.

 

Acide cinnamique : anti-bactérien et anti-germe (salmonelle, streptocoque, staphylocoque)

 

3) Les Glucides

 

L’aloe arborescens contient 70% de glucides (anciennement hydrates de carbone)

 

Les oses simples : Le L Rhamnose, le Dglucose (présent dans toutes les cellules des végétaux), la lipase.

 

Les osides, les polysaccharides : La cellulose, la pectine (contre la cholestérolémie et la prévention des maladies cardiovasculaire), la gomme arabique, l’acemannam (immunostimulant puissant), l’aloemannam (action antitumorale).

 

4) Les lipides :

 

2% de lipides entrent dans la composition de l’aloe arborescens. Cholestérone, compestérole, b-sitérole ont une action anti-inflammatoire.

 

5) Les enzymes

 

Anciennement diastases ou ferments solubles.

 

Amylase, catalase, cellulose, lipase, oxydase, phosphatase.

 

6) Autres composés

 

Bioflavonoïdes

 

- La choline

Présente dans toutes les cellules végétales et animales. Participe au développement du cerveau, aide à prévenir les lithiases biliaires et est un agent lipotrope.

 

- L’inositol

Agent lipotrope qui réduit le cholestérol sanguin, facilite la croissance et la survie des cellules de la moëlle osseuse et des membranes oculaires et intestinales. Contribue à prévenir la perte des cheveux.

 

7) Les minéraux et oligo-éléments 22% de taux de cendre total

 

Les macro-éléments

 

Calcium : ossature et dentition, coagulation sanguine, contraction musculaire, aide à prévenir le cancer du colon et rectum, stimulation musculaire et nerveuse. Métabolisme vitamine D...

 

Chlore : équilibre acido-basique et équilibre osmotique du sang. Stimule la fonction hépathique, maintient l’intégrité des articulations et tendons.

 

Magnésium : comme pour le calcium la vitamine D est nécessaire pour que le magnésium soit bien utilisé : régularise la pression sanguine, stimule l’immunité, promeut l’absorption et l’utilisation des autres vitamines. Prévient la formation de calculs calciques dans les reins et la pénétration intracellulaire des métaux lourds.

 

Phosphore : 2ème minéral le plus abondant du corps. Calcification des os et dents, contribue à l’utilisation des glucides, lipides, et protéines. Croissance et réparation des tissus. Stimule la contraction musculaire.

 

Potassium : 5% de la totalité des minéraux essentiellement dans les muscles.

 

Synthèse du glycogène et des protéines, régulation du rythme cardiaque, maintien de l’équilibre acido-basique avec sodium et chlore, stimule l’élimination des toxines via les reins.

 

Sodium : équilibre cellulaire, transmission de l’influx nerveux, équilibre acido-basique, essentiel pour la production d’acide chlorhydrique dans l’estomac.

 

Soufre : constituant des protéines nécessaire à la synthèse du collagène. Participe à l’activité nerveuse et à la production d’énergie. Stimule la sécrétion biliaire et participe à la détoxication hépatique.

 

Les oligo-éléments :

 

Chrome : Synthèse du cholestérol, meilleure utilisation du glucose, favorise la perte de poids.

 

Cobalt : active plusieurs enzymes, nécessaire à la synthèse et l’entretien des globules rouges.

 

Cuivre : synthèse de plusieurs protéines, synthèse des phospholipides, contribue à la perception du goût et à la formation de la gaine myéline.

 

Fer : constituant de l’hémoglobine (globules rouges) et myoglobine (cellules musculaires). Transporteur de l’oxygène et du gaz carbonique. Augmente la résistance au stress et aux infections. Indispensable à la synthèse de plusieurs neurotransmetteurs.

 

Manganèse : activation de nombreux enzymes, synthèse des lipides, glucides et protéines, essentiel à la synthèse de la thyrxine et à celle des hormones sexuelles. Préserve la santé du système nerveux.

 

Silicium : architecture et élasticité du tissu conjonctif, calcification des os, flexibilité des artères, stimule le système immunitaire, indispensable à la santé du système pulmonaire, retarde le processus de vieillissement des tissus, aide à contrer les effets néfastes de l’aluminium.

 

Zinc : Activateur de nombreuses enzymes. Equilibre hormonal - guérison des plaies - maintien de l’équilibre immunitaire - protège le foie - participe à la synthèse du collagène. S’oppose à l’action des métaux lourds.

 

8) Les vitamines

 

Vitamine A : 90% des réserves se situent dans le foie. Les 10% restant sont stockés dans le tissu adipeux, les poumons, les reins et la rétine. Elle peut être obtenue aussi à partir du bêta-carotène. Elle intervient dans la vision crépusculaire, est essentielle à l’intégrité des membranes cellulaires, à la formation des os et des dents, à la conversion du cholestérol en hormones sexuelles mâles et femelles et aide à prévenir les infections des muqueuses. Le bêtacarotène est d’origine végétale, la vitamine rétinol d’origine animale. (poisson et produits laitiers).

 

Vitamine B1 : efficace pour enrayer le béribéri. Participe au processus de conversion du glucose en énergie, améliore le tonus musculaire au niveau de l’intestin, de l’estomac et du coeur, favorise la digestion et l’absorption des glucides.

 

Vitamine B2 : antioxydante. Favorise la dégradation et l’utilisation des glucides, lipides et protéines, contribue à une bonne vision, à la santé de la peau, des ongles et des cheveux. Elle est importante pour l’activation du glutathion peroxydase, un antioxydant.

 

Des études ont démontré que plusieurs formes de cancer seraient liées à une déficience en Vitamine B2.

 

Vitamine B3 : anti-pellagre. La pellagre existait chez les populations se nourrissant essentiellement de maïs et était due a une carence en tryptophane (acide aminé essentiel).

 

Elle est vitale pour l’activité du sytème nerveux, améliore la circulation et réduit le taux de cholestérol, aide à stabiliser le glucose sanguin, participe à la formation de la peau, des tissus du tube digestif.

 

Vitamine B5 : présente dans toutes les cellules vivantes, elle est synthétisée par les bactéries de la flore intestinale. Elle participe à la production d’énergie du corps, elle est nécessaire à la synthèse du cholestérol. En stimulant les glandes surrénales elle rend l’organisme plus résistant aux stress. Elle favorise la cicatrisation et est indispensable au bon fonctionnement cérébral.

 

Vitamine B6 : joue un rôle important pour l’immunité. Elle est nécessaire à la synthèse des régulateurs métaboliques (sérotines, noradrenaline). Aide à contrer les processus inflammatoires et est indispensable à la synthèse de l’hémoglobine.

 

Vitamine B12 : synthétisée par les bactéries, levures, champignons et algues. Elle participe à la synthèse de l’ADN et ARN. Elle est nécessaire à l’équilibre du système nerveux, participe à la formation des globules rouges.

 

Vitamine C : Puissant antioxydant elle est essentielle à la synthèse du collagène. Elle accélère la guérison des blessures et des brulures et rend résistant au stress. Elle est essentielle à la détoxication hépatique et augmente la résistance aux infections. Elle est nécessaire pour réduire le taux d’histamine en cas d’allergies et participe à la formation des globules rouges. Participe au maintien de la santé des glandes surrénales, des ovaires et des cellules épithéliales.

 

Vitamine E : puissant antioxydant, prévient la formation de caillots sanguins, améliore la résistance musculaire, permet un meilleur apport sanguin au coeur en provoquant une dilatation des vaisseaux. Promeut la guérison des blessures et brûlures. Améliore la fertilité et l’immunité.

 

Bibliographie :

 

- « La nutrithérapie » - Roseline Gagnon - Edition Atlantica - Douce Alternative.

- « Guérir par l’aloes » - W. Wirth - Edition Ennsthaler

- « Du cancer on peut guérir » - R.Zago - Edition Adle

- « Aloe arborescens » - Edition Perché –

 

 

Bibliographie :

 

Dans les pages qui suivent sont les noms des médecins, professeurs et chercheurs et organismes scientifiques dans le monde ayant étudié les propriétés de l’Aloe ° Lee ,K.H., Kim, J.H., Lim, D. S., Kim C. S., Kim C. H., 2000. anti-leukaemic and antimutagenic effectsof di(2.ethylhexyl) phthalate isolated from aloe linne.

 

Les rares bouquins en français vantent les mérites de l’aloès achetée en para-pharmacie….(en Allemagne et ailleurs,  certainement ; en France... Ouaf, Ouaf!)

 

J. pharm. Pharmacol.52 593-598

Pecere, T., et all. 2000. Aloe-emodin is a new type of anticancer agent againt neuroectodermal tumors. Cancer Res. 60, 2800-2804

Gribel, A. Pashinskii, K. 191986.Antimetastatic properties of Aloe juice Voposy onkologii. 32, (12), 38-40

Winters, A. Et all. 1981. effects of Aloe extract on human normal and tumors cell in vitro Econ. Bot. 35, 89-95

Jeong-he-yun. Et all. Anticancer effects of Aloe on sarcoma 180 in IRC mouse and on human cancer lines. Yakhak hoechi. 38, (3), 311-321 ° Tsuda, H., Ito, Hirono, I., Kawai, K., Beppu, H.,Fujita, K., nagao. M., 1993. Inhibitory effect of Aloe arborescens Miller on induction of preneoplastic focal lesions in the rat liver.

Phytotherapy Research 7, S43-S47.

Imanishi, K., Ishiguro, T., Saito, H., Suzuki, I., 1981. pharmacological studies on a plant lectin, Alocitin A.I0 growth inhibition of mouse methycholanthrene induced fîbrosarcoma (Meth A) in ascites form by aloctin A. Experentia 37, 1186-1187.

Yagi, A.,Makino, K.,Nishioka,I.,Kuchino, Y., 1977. Aloe manam, polysaccharide from Aloe arborescens var.natalensis.

Planta medica 31,17-20

Peng, S.Y.,Norman, J., Curtin, G., Corrier, D., McDaniel, H.R., Busbee, D., 1991. Decreased mortality of Norman murine sarcoma in mice treated with the immunomodulator , acemannan Molecular biotherapy 3, 79-87. °Harris, C., Pierce,K., King, G., Yates, K.M., Hall,J., Tizzard, I., 1991. Efficacy of acemannan in treatment of canine and feline spontaneous neoplasms.

Molecular Biotherapy 3, 207-213.

Peng, A., et all, USA 1991. Diminuzion della mortalità per sarcoma di Norman Murin, di topi trattati con l’immunomodulatore acemannano.

Dipartimento di Anatomia, scuola di veterinaria medica, Università del Texas.

Corsi, M. M., et all, 1998. The therapeutic potential of aloe vera in tumor-bearing rats.

Pecere, T., et all.2000.Aloe-emodin is a new type of anticancer agent with selective activity againts neuroectodermal tumors.

Cancer Res. 60, 2800-2804

Sakai, R.,1989. Epidemioogic survey on lung of anticancer agent with respect to cigarette smoking and plant diet.

Japanese Journl of Cancer Research 80,513-520.

Inahata, K., nakasugi, T. 1995. Mutagenesis inhibitors.

Japanese Patent. JP 7053397.

Riviste scientifiche internazionaliBibliografia essenziale.

Riviste scientifiche internazionali

Afzal, M., Ali, M., Hassan, R.A.H., Sweedan, N., Dhami, M.S.I., 1991. Identification of some prostanoids in Aloe vera extracts.

Planta Medica 57, 38-40.

•  Ando, N., Yamaguchi, I., 1990. Sitosterol from Aloe vera gel.

Kenkyu Kiyo-Tokyo Kasei Daigaku 30, 15-20.

•  Anton, R., Haag-Berrurier, M., 1980. Therapeutic use of natural anthraquinone for other than laxative actions.

Pharmacology 20, 104-112.

•  Ashley, F.L, O’Loughlin, B.J., Peterson, R., Fernandez, L., Stein, H., Schwartz, A.N., 1957. The use of Aloe vera in the treatment of thermal and irradiation burns in laboratory animais and humans.

Plastic and Reconstructive Surgery 20, 383-396.

•  Avila, H., Rivero, J., Herrera, F., Fraile, G., 1997. Cytotoxicity of a low molecular weight fraction from Aloe vera (Aloe barbadensis Miller) gel. Toxicon 35, 1423-1430.

•  Azghani, A.O., Williams, I., Holiday, D.B., Johnson, A.R., 1995. A betalinked mannan inhibits adhérence of Pseudomonas aeruginosa to human lung épithélial cells.

Glycobiology 5, 39-44.

•  Bland, J., 1985. Effect of orally consumed Aloe vera juice on gastrointestinal function in normal humans.

Préventive Medicine 14, 152-154.

•  Blitz, J., Smith, J.W., Gérard, J.R., 1963. Aloe vera gel in peptic ulcer therapy: preliminary report.

Journal of the American Ostéopathie Association 62, 731-735.

•  Bloomfield, F., 1985. Miracle Plants: Aloe Vera.

Century, London.                                                                „

•  Brossât, J.Y., Ledeaut, J.Y., Ralamboranto, L., Rakotovao, L.H., Solar, S., Gueguen, A., Coulanges, P., 1981. Immunostimulating properties of an extract isolated from Aloe vahombe. Archives Institut Pasteur Madagascar 48, 11-34.

•  Bruce, W.G.G., 1967. Investigations of antibacterial activity in the Aloe. South African Medical Journal 41, 984.

•  Bruce, W.G.G., 1975. Médicinal properties in the Aloe.

Excelsa 57-68.

•  Capasso, F., Borrelli, F., Capasso, R., DiCarlo, G., Izzo, A.A., Pinto, L., Mascolo, N., Castaldo, S., Longo, R., 1998. Aloe and its therapeutic use. Phytotherapy Research 12, S124-S127.

 

Cera, L.M., Heggers, J.P., Robson, M.C., Hagstrom, W.J., 1980. The therapeutic efficacy of Aloe vera cream (Dermaide Aloe(TM)) in thermal injuries. Two case reports. J. Am. Animal Hospital Assoc. 16, 768-772.

 

Davis, R.H., 1988. Topical influence of Aloe vera on adjuvant arthritis, inflammation and wound healing. Physiologist 31, 206.

 

Davis, R.H., Maro, N.P., 1989. Aloe vera and gibberellin. Anti inflammatory activity in diabètes. Journal of the American Podiatrie Medical Association 79, 24-26.

 

Davis, R.H., Agnew, P.S., Shapiro, E., 1986. Antiarthritic activity of anthraquinones found in Aloe for podiatrie medicine.

 

Davis, R.H., Kabbani, J.M., Maro, N.P., 1986a. Wound healing and antiinflammatory activity of Aloe vera.

Proceedings of the Pennsylvania Academy of Science 60, 79.

Davis, R.H., 1988. Topical influence of Aloe vera on adjuvant arthritis, inflammation and wound healing. Physiologist 31, 206.

Davis, R.H., Maro, N.P, 1989. Aloe vera and gibberellin. Anti inflammatory activity in diabètes. Journal of the American Podiatrie Medical Association 79, 24-26.

 

Davis, R.H., Agnew, P.S., Shapiro, E., 1986. Antiarthritic activity of anthraquinones found in Aloe for podiatrie medicine.

Journal of the American Podiatrie Medical Association 76, 61-66

Davis, R.H., Kabbani, J.M., Maro, N.P, 1986a. Wound healing and antiinflammatory activity of Aloe vera.

Proceedings of the Pennsylvania Academy of Science 60, 79.

Davis, R.H., Leitner, M.G., Russo, J., 1987b. Topical anti inflammatory activity of Aloe vera as measured by ear swelling.

Journal of the American Podiatrie Medical Association 77, 610-612.

Davis, R.H., Leitner, M.G., Russo, J.M., Byrne, M.E., 1989a. Anti inflammatory activity of Aloe vera against a spectrum of irritants.

Journal of the American Podiatrie Medical Association 79, 263-276.

Duke, J.A., 1985. Aloe barbadensis Mill. (Liliaceae). CRC Handbook of Médicinal Herbs. CRC Press, Boca Raton, FL, pp. 31-32.

 

Egger, S., Brown, G.S., Kelsey, L.S., Yates, K.M., Rosenberg, L.J., Talmadge, J.E., 1996b. Hematopoietic augmentation by a beta-(1,4)-linked mannan.

Cancer Immunology Immunotherapy 43, 195-205.

 

Frumkin, A., 1989. Aloe vera, salicylic acid and aspirin for burns.

Plastic and Reconstructive Surgery 83, 196.

Fujita, K., Yamada, Y., Azuma, K., Hirozawa, S., 1978b.Effect of leaf extracts of Aloe arborescens Mill subsp. natalensis Berger on growth of Trichophyton entagrophytes. Antimicrobial Agents and Chemotherapy 35, 132-136.

 

Fujita, K., Ito, S., Teradaira, R., Beppu, H., 1979. Properties of a carboxypeptidase from Aloe.

Biochemical Pharmacology 28, 1261-1262.

 

Gowda, D.C., Neelisiddaiah, B., Anjaneyalu, Y.V., 1979. Structural studies of polysaccharides from Aloe vera.

Carbohydrate Research 72, 201-205.

Grindlay, D., Reynolds, T., 1986. The Aloe vera phenomenon:a review of the properties and modem uses of the leaf parenchyma gel.

Journal of Ethnopharmacology 16, 117-151.

Haq, Q.N., Hannan, A., 1981. Studies on glucogalactomannan from the leaves of Aloe vera, Tourn.(ex Linn.).

Bangladesh Journal of Scientific and Industrial Research 16, 68-72.

T’Hart, L.A., van Enckevort, P.H., van Dijk, H., Zaat, R., de Silva, K.T.D., Labadie, R.P., 1988. Two functionally and chemically distinct immunomodulatory compounds in the gel of Aloe vera.

Journal of Ethnopharmacology 23, 61-71.

T’Hart, L.A., van den Berg, A. J. J., Kuis, L., van Dijk, H., Labadie, R.P., 1989. An anticomplementary polysaccharide with immunological adjuvant activity from the leaf parenchyma gel of Aloe vera.

T’Hart, L.A., Nibbering, P.H., van den Barselaar, M.T., van Dijk, H., van den Berg, A.J., Labadie, R.P., 1990. Effects of low molecular constituents from Aloe vera gel on oxidative metabolism and cytotoxic and bactericidal activities of human neutrophils. International Journal for Immunopharmacology 12, 427-434.

Heggers, J.P, Pelley, R.P., Robson, M.C., 1993. Bénéficiai effects of Aloe in wound healing. Phytotherapy Research 7, S48-S52.

Heggers, J.P., Kucukcelibi, A., Listengarten, D., Stabenau, C.J., Ko, F., Broemeling, L.D., Robson, M.C., Winters, W.D., 1996. Bénéficiai effect of Aloe on wound healing in an excisional wound model.

Journal of Alternative and Complementary Medicine 2, 271-277.

Hutter, J.A., Salman, M., Stavinoha, W.B., Satsangi, N., Williams, R.F., Streeper, R.T., Weintraub, S.T., 1996. Antiinflammatory glucosyl chromone from Aloe barbadensis. Journal of Natural Products 59, 541-543.

Imanishi, K., 1993. Aloctin A, an active substance of Aloe arborescens Miller as an immunomodulator Phytotherapy Research 7, S20-S22.

Jamieson, G.I., 1984. Aloe vera (Aloe barbadensis Mill.).

Queensland Agricultural Journal 110, 220.

Kinoshita, K., Koyama, K., Takahashi, K., Noguchi, Y., Amano, M., 1996. Steroid glucosides from Aloe barbadensis. Journal of Japanese Botany 71,83-86.

Kodym, A., 1991. The main Chemical components contained in fresh leaves and in a dry extract from three years old Aloe arborescens Mill.grown in hothouses. Pharmazie 46, 217-219.

Koike, T., Beppu, H., Kuzuya, H., Maruta, K., Shimpo, K., Suzuki, M., Titani, K., Fujita, K., 1995. A 35 kDa mannose-binding lectin with hemagglutinating and mitogenic activities from ‘Kidachi Aloe’ (Aloe arborescens Miller var. natalensis Berger).

Journal of Biochemistry 118, 1205-1210.

Lee, M.J., Yoon, S.H., Lee, S.K., Chung, M.H., Park, Y.I., Sung, C.K., Choi, J.S., Kim, K.W., 1995. In vivo angiogenic activity of dichloromethane extracts of Aloe vera gel. Archives of Pharmacological Research. 18, 332-335.

Lindblad, W.J., Thul, J., 1994. Sustained increase in collagen biosynthesis in acemannan impregnated PVA implants in the rat. Wound Repair and Régénération 2, 84.

Lorenzetti, L.J., Salisbury, R., Beat, J.L., Baldwin, J.N., 1964. Bacteriostatic propert of Aloe vera.

Journal of Pharmaceutical Science 53, 1287.

Marshall, G.D., Druck, J.P., 1993. In vitro stimulation of NK activity by acemannan. Journal of Immunology 150, 241 A.

Obata, M., Ito, S., Beppu, H., Fujita, K., Nagatsu, T., 1993. Mechanism of anti-inflammatory and antithermal burn action of Aloe arborescens Miller var. Natalensis Berger.

Phyterapy Research 7, s30-s33.

Pierce, R.F., 1983. Comparison between the nutritional contents of the Aloe gel from conventionally and hydroponically grown plants.

Erde International 1, 37-38.

Reynolds T., Dweck A. C., 1999. Aloe vera leaf gel: a review update.

Journal of Ethnopharmacology. 68, 3-37.

Ross, S.A., EISohly, M.A., Wilkins, S.P, 1997. Quantitative analysis of Aloe vera mucilagenous polysaccharides in commercial Aloe vera products. Journal of AOAC International 80, 455­457.

Rubel, B.L., 1983. Possible mechanisms of the healing actions of Aloe gel.

CosmotlCi and Tollotries 98, 109-114.

Sabah, F., Wright, T., Norton, S.J., 1996. Isozymes of superoxide dismutase from Aloe vera. E n/yrne Protein 49, 212-221.

Salto, H,, 1993. Purification of active substances of Aloe arborescens Miller, and their biological and pharmacological activity.

Phytotherapy Research 7, S14-S19.

Saoo, K., Miki, H., Ohmori, M., Winters, W.D., 1996. Antiviral activity of Aloe extracts against cytomégalovirus.

Phytotherapy Research 10, 348-350.

Schechter, S.R., 1994. Aloe vera:the healing plant.

Health Foods Business, 23-24.

Shelton, R.M., 1991. Aloe vera Its Chemical and therapeutic properties. International Journal of Dermatology 30, 679-683.

 

Shida, T., Yagi, A., Nishimura, H., Nishioka, I., 1985. Effect of Aloe extract on peripheral phagocytosis in adult bronchial asthma.

Planta medica 51, 273-275.

Soeda, M., Otomo, M., Orne, M., Kawashima, K., 1966. Studies on antibacterial and anti- fungal activity of Cape Aloe.

 

Nippon Saikingaku Zasshi 21, 609-614.

Stuart, R.W., Lefkowitz, D.L., Lincoln, J.A., Howard, K., Gelderman, M.P., Lefkowitz, S.S., 1997. Upregulation of phagocytosis and candicidal activity of macrophages exposed to the immunostimulant, acemannan.

International Journal of Immunopharmacology 19, 75-82.

Sydiskis, R.J., Owen, D.G., Lohr, J.L., Rosier, K.H., Blomster, R.N., 1991. Inactivation of onveloped viruses by anthraquinones extracted from plants.

Antimicrobial Agents and Chemotherapy 35, 2463-2466.

Syed, T.A., Ahmad, A., Holt, A.H., Ahmad, SA, Ahmad, S.H., Afzal, M., 1996a. Management of psoriasis with Aloe vera extract in a hydrophlllc cream:a placebo-controlled, doubleblind study.

Tropical Medicine and International Health 1,505-509.

Teradaira, R., Shinzato, M., Beppu, H., f-ujlta, K , 1993. Antigastric ulcer effects of Aloe arborescens Mill. var. natalensis Berger.

Phytotherapy Research 7, S34-S36.

Tizard, I., Carpenter, R.H., Kemp, M., 1991. Immunoroyulatory effects of a cytokine release enhancer (Acemannan).

 

International Congress of Phytotherapy, 1991, Séoul, Korea, 68.

 

Wozniewski, T., Blaschek, W., Franz, G., 1990. Isolation and structure analysis of a glucomannan from the leaves of Aloe arborescens var. Miller.

 

Carbohydrate Research 198, 387-391.

 

Yagi, A., Harada, N., Yamada, H., Iwadare, S., Nishioka, I., 1982. Antibradykinin active material in Aloe saponaria.

 

Journal of Pharmaceutical Sciences 71, 1172-1174.

 

Yagi, A., Harada, N., Shimomura, K., Nishioka, I., 1987a. Bradykinin-degrading glycoprotein in Aloe arborescens var. natalensis.

 

Planta Medica 53, 19-21.

Yagi, A., Shida, T., Nishimura, H., 1987c. Effect of amino acids in Aloe extract on phagocytosis by peripheral neutrophil in adult bronchial asthma.

Japanese Journal of Allergology 36, 1094-1101.

Yamamoto, M., Masui, T., Sugiyama, K., Yokota, M., Nakagomi, K., Nakazawa, H., 1991. Antiinflammatory active constituents of Aloe arborescens Miller.

Agricultural and Biological Chemistry 55, 1627-1629.

Libri a carattere monografico e divulgativo

Barcroft A., 1998. L’Aloe: virtù terapeutiche di un prodigioso rimedio délia natura.

Ermes Edizioni Roma.

Lawless J., Allan J., 2000. Aloe vera - Natural Wonder Cure.

Thorsons London.

Bassetti A., Sala S., 2001. Il grande libro dell’Aloe. Edizioni Zuccari Trento

 

 

 

 

 

Mots-clefs : feuilles fraiches d'aloes,aloés arborescent,tous les scancer,anti oxydante,Anti vieillissement,Anti bactérien,Anti mycosique,Anti virale,Anti inflammatoire,anti douleur,Cicatrisante,Stimulant du système épithélial Immunomodulateur,Régulateur de l’hypoglycémie, Diabète,Régulateur de l’appareil digestif,Régulateur de l’appareil circulatoire,Affections cutanées, Élimination des toxines,Rhumatismes,Fatigue, oculaire-Orgelet,Conjonctivite,Cataracte,Inflammations des gencives (gingivites),inflammation de la langue (glossites), inflammation de la muqueuse buccale (stomatites). arthrose,Candida albican,Herpes,Stimulant de l’appareil immunitaire (en cas de chimiothérapie),revitalisant,Appareil respiratoire (poumons et bronches),Champignons,Pied d'athlète, Cors, Fistule dans la gencive, Abcès,Tonique capillaire, anti pelliculaire, Brûlures domestiques, Brûlures aux rayons X, Blessures (grand pouvoir cicatrisant),antibiotique,foulure,cassure, entorse,Anti tétanique, Eczémas, Hémorroïdes,décongestionner le foie,Purificateur d'air pollué,Anémie,Constipation, Rhumatismes, ulcères de la rétine, blessures de l’œil, Verrue, Acné, Vers solitaire, Kystes sébacés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



26/03/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres