A petaouchnoc

A petaouchnoc

CAMOMILLE (Matricaria chamomilla; anthemis nobilis)

 

Matricaria chamomilla; anthemis nobilis, camomille ordinaire, camomille allemande, camomille noble, camomille romaine.

 

Indications:

     Tranquillisant, calme les crampes, inflammations oculaires, conjonctivite, éruptions suppurantes, rage de dents: gargarismes et lavages de bouche, système nerveux, contrariété, rhume et sinusite, névralgies faciales, douleurs arthritiques, fébrifuges

 

 

     La camomille dite allemande est sauvage. La camomille romaine est cultivée. Leurs propriétés sont identiques. L’allemande et meilleur à boire.

 

 camomille 1.JPG

 

     L’odeur de la camomille empêcheraient les abeilles de piquer les apiculteurs.

 

     Elle pousse sur les champs, les terrains argileux, les grandes clairières des forêts sur les versants, dans les champs de céréales, de maïs, de trèfle, de pommes de terre et de betteraves. Après les hivers neigeux et les printemps humides on la rencontre abondamment.

 

     Le capitule est creux contrairement à la camomille sauvage où il est plein, l’odeur épicée est agréable. Une plus ample description n’est pas utile pour cette fleur bien connue. Les fleurs sont à récolter au soleil de midi, de mai à août.

 

camille 2.JPG
    

 

     Ce n’est pas une exagération de dire que la camomille est une panacée, surtout pour les petits enfants. Dans tous les cas, on peut donner de la tisane de camomille, surtout en cas de crampes et douleurs abdominales. Elle soigne les enflures, la diarrhée, les éruptions de boutons, les maux et glaires d’estomac, les troubles des règles, l’aménorrhée et les autres difficultés du bas-ventre, l’insomnie, les inflammations péritesticulaires, la fièvre, les douleurs de blessures et les maux de dents.

 

     La camomille fait transpirer, est tranquillisante et calme les crampes. En plus, elle est désinfectante et apaise les inflammations de toutes sortes, surtout des muqueuses.

 

     En usage externe on l’utilise en bassinages et compresses, notamment pour les inflammations oculaires, la conjonctivite, les éruptions suppurantes et qui démangent, pour les gargarismes et lavages de bouche, en cas de maux de dents et pour le lavage des plaies.

 

camille 3.JPG

 

     Les bains et lavages avec de la camomille ont une excellente influence sur le système nerveux. En cas de contrariété, on devrait toujours boire un bol de tisane de camomille, l’apaisement vient rapidement, avant que le cœur n’en souffre. Un coussin chaud rempli de plantes sèches, posé sur un endroit douloureux est très recommandé. Après une grave maladie ou dans les états dépressifs, un tel traitement apporte le bien-être et la joie intérieure.

 

     N’oubliez pas la camomille dans vos soins de beauté. Un bain facial avec de la décoction de camomille, une fois par semaine, donne un teint éclatant et une « peau de pêche ». Pour les cheveux, utilisez aussi de la décoction de camomille, surtout si vous avez des cheveux blonds. Après ces lavages, vos cheveux auront une odeur agréable et un beau brillant.

 

     La camomille facilite les selles sans être purgative et est ainsi un moyen indirect pour soigner les hémorroïdes, qu’on peut, d’autre part, enduire d’une pommade de camomille.

 

     Les blessures peuvent être aussi soignées avec cette pommade. Les rhumes et les sinusites s’améliorent rapidement après des inhalations à la camomille. Après ce traitement, il faut, bien entendu, rester au chaud.

 

     L’huile de camomille est utilisée depuis la plus haute antiquité, contre les névralgies et les douleurs arthritiques. Chez les anciens Égyptiens, la camomille, à cause de ses vertus fébrifuges et apaisantes, était la fleur du Dieu Soleil.

 

     Le nom de matricaire vient du latin «mater» (mère), parce que la camomille était employée contre les maladies des mères et des femmes. Dans les vieux livres de plantes, on peut lire que l’huile de camomille contracte les membres et que cuite dans l’eau, puis appliquée sur la vessie malade, elle soulage les douleurs.

 

     L’abbé suisse et médecin naturaliste Johann Künzle, parle d’une femme d’un village que l’on appelait la «sorcière à la camomille» et que les personnes malades consultaient. Elle rendit l’ouïe à des sourds en faisant revenir un oignon de mer (Ornithogalum caudatum) — l’autre nom est oignon de « dame-d’onze- heures » (Ornithogalum ombellatum), on peut en trouver chez les horticulteurs — dans de l’huile de camomille et en mettant des gouttes de cette huile chaude dans les oreilles, plusieurs fois par jour.

 

     L’abbé künzle raconte aussi: « Un tisserand ne pouvait plus dormir qu’assis, car couché, il étouffait. La guérisseuse le regarda et lui dit qu’elle pensait qu’il ne lâchait plus d’eau, ce qu’il confirma. Elle lui prépara une grande bouteille de vin où elle fit cuire de la camomille et il en but un verre, matin et soir. Il urina une quantité énorme, d’abord trouble, puis de plus en plus claire. En huit jours, il était guéri. »

 

     Cette « sorcière à la camomille » rendait vie à des membres paralysés, par des massages à l’huile de camomille. Contre les douleurs oculaires, elle faisait cuire de la camomille dans du lait et en posait des emplâtres chauds sur les paupières fermées. Les yeux guérissaient rapidement.

 

 

 

UTILISATION

 

Tisane :        

 

     Une cuillère  à  thé  bien remplie dans 1/4 de litre d’eau bouillante. Infuser rapidement.

 

Bains :         

 

Pour un bain complet, deux fois les mains jointes, pleines. Ébouillanter et laisser Infuser. (Pour bains de visage et soins capillaires, une seule poignée.)

 

Inhalation : 

Une cuillère à soupe  bien remplie dans un litre d’eau bouillante. Respirer les vapeurs (inhaler) sous une pièce d’étoffe naturelle.

 

Enveloppements :

 

     Un quart de litre de lait bouillant est versé sur 1 cuillère à soupe bien remplie de camomille. Laisser infuser rapidement, tamiser et faire une application des plantes chaudes.

 

Coussin :     

 

     Un petit sac en lin est   rempli de fleurs de camomille et cousu. Faire bien chauffer dans une poêle sèche (ou au four) et appliquer le sachet sur la partie malade.

 

Huile de camomille :

    

     Contre les crampes les douleurs rhumatismales et de la goutte, préparer de l’huile de camomille en mettant dans un flacon en verre 50 à 60 grammes de fleurs pour ½ litre d’huile d’olive. Boucher et exposer deux ou trois jours au soleil puis faire macérer encore pendant deux heures au bain marie, couvert, en remuant de temps en temps, passer en exprimant. Utiliser très chaude sur les parties malades. La même huile chaude est conseillée en compresse pour les extinctions de voix. A conserver au réfrigérateur (réchauffer avant emploi).

 

 

Vin: 

 

     Comme tonique et apéritif : dans un litre de de bon vin rouge ou blanc, faire macérer pendant dix jours 50 g de fleurs, 10 g d’écorce d’orange ou de citron (non traité au diphényle) , 10 à 15 g de morceaux de sucre roux. Filtrer. Un verre à porto avant les repas.

 

Pommade:

 

     On fait fondre 250 g de saindoux pur, comme pour frire. On y jette le contenu de deux mains bien remplies de camomille. Dés que ce mélange écume, on remue, on couvre et on laisse reposer dans un endroit frais toute une nuit.

 

     Réchauffer légèrement le lendemain matin et filtrer sur un linge de lin. Par expérience, on a intérêt à procéder ainsi. Mettre la toile de lin dans une passoire, la mettre au- dessus d’un récipient à bec. Presser en tordant le linge. La pommade est mélangée, puis coulée dans des pots en grès ou des bocaux en verre.

 

 

Mots clefs: camomille, Tranquillisant, calme les crampes, inflammations oculaires, conjonctivite, éruptions suppurantes, rage de dents: gargarismes et lavages de bouche, système nerveux, contrariété, rhume et sinusite, névralgies faciales, douleurs arthritiques, fébrifuges

 

 



17/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres