A petaouchnoc

A petaouchnoc

Bateaux en Bouteilles de Patrick Letellier

 

    Ces bateaux en bouteilles sont conçus avec une coquille de noix. Je les ai tous donné à mes amis marins. Je prépare un manuel pour les enfants. Je dois créer et prendre de nombreuses photos.

 

 

 

bateaux en bouteille facile pour les enfants.JPG

 bateaux en bouteille facile pour les enfants 2.JPG

 

 

Copyright © 2016 Patrick Letellier

Tous droits réservés

 

     Le code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L. 122-5.2° et 3° a, d’une part, que les "copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective" et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, "toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayant cause est illicite" (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivant du code de la propriété intellectuelle.

 

(La maquette et le contenu de ce livre sont protégés. Il est en attente de mise en ligne sur amazon.)

 

 

Les passionnés sont invivables !

 

 

  DSCI1997.JPG

 

A las Palmas, Canaries, j'occupe le fils d'un voisin de ponton. Sa mère est à l'hôpital.

 

Nombreuse photos plus bas.

Outillage

 

-      Des limes aiguilles.

-      Trois petites pinces, plate, coupante et courbe.

-      Une pince brucelle longue et plate.

-      Une réglette en fer.

-      Un petit marteau.

-      Un fer à souder pour chauffer et courber les fines baguettes de bois sans les casser. Vous pouvez les tremper

       avant dans de l’alcool à bruler. (optionnel).

-      Un compas d’écolier.

-      Une petite scie à bois.

-      Des cutters de plusieurs formes.

-      Un petit ciseau.

-      Des scalpels.

-      Des seringues, petites et grosses avec aiguilles pour les petites.

-      Tubes plastiques souples pour rallonger la sortie des grosses seringues.

-      Une lampe infrarouge ou un chauffage électrique pour activer le séchage la mer à l’intérieur de la bouteille.

       (optionnel).

-      Une grande pince à pansements d’infirmière (achat pharmacie).

-      Une petite perceuses électrique bon marché et les accessoires de ponçage qui vont avec. (25 €).

-      Des forets 0,5 à 1 mm.

-      Des aiguilles à coudre.

-      Des clous de 2 mm.

-      Des petites pinces en plastique, sinon des pinces à linge.

-      Un plan de coupe (voir photo).

    

 

Accessoires

 

-      Du papier de verre fin.

-      De la bonne colle à bois blanche.

-      Du fil à voile, sinon solide.

-      De la toile fine pour les voiles, j’utilise du tissu de spinnaker.

-      De l’alcool.

-      Des cures dents les plus fins possible, il faudra les réduire.

-      Des cotons tiges.

-      Des chutes de planches de bois de 1,5 et 2 mm.

-      Du vernis à bois.

-      Des pinceaux.

-      Du fil de fer ou de laiton, le plus fin possible environ 0,2. (voir l’enrobage des bouchons de bouteille

       de mousseux ou champagne).

-      Des broches en bambou à barbecue.

-      De fines baguettes de bois de 0,5 d’épaisseur et 4 mm de large, de toutes les essences à acheter dans un magasin de modélisme. Sapelli,       

       noyer, sinon des bandelettes de carton aux mêmes mesure.

-      Du carton fin.

-      Une bouteille en verre transparence cristal.

 

Capture.JPG
 

 L'ouverture du goulot doit faire au moins 3 cm. Sa longueur dépendra de vos pinces.

 Création

 Je prépare le manuel. Et les photos.

 

Thonier : un mat, un génois, une voile.

Allons doucement, nous sommes pressés !


 
  

 

     Choisir une bouteille blanche transparente sans défaut, d’une qualité cristal. Dans un premier temps, le goulot ne sera pas trop long. Il dépendra de la longueur de vos outils et pinces. La grosseur du goulot doit être de 3 cm minimum. Ce que font mes bouteilles.

- Choisir une coquille noix de belle forme. La couper et l’évider.


- Bien poncer les bords supérieurs.


- Poser l’entourage sur une fine planche de bois.


- Détourer au crayon la planche. La scier.


- Poncer le dessus et dessous du détourage de cette planche.


- La coller sur la noix pour lui donner un pont, les fibres du bois dans le sens de la longueur du bateau.

 

- Le franc bord, deux options: fine latte de bois achetée dans un magasin de modélisme, ou fine latte de carton pour entourer le bateau.


- Si latte de bois, la tremper dans de l'alcool à pharmacie et la chauffer avec un fer à souder (O,5 épaisseur et 4 mm de large) pour la courber à la forme de la coquille de manière à la couper à sa juste mesure et la coller en franc bord.


- La présenter tout autour de la coquille sans effort.


- Couper la dimension exacte de manière que les deux bouts se joignent en proue.


- La coller tout autour de la coquille sur une hauteur de deux millimètres et demi. (pas facile, la baguette glisse. Bien la maintenir avec plusieurs doigts un temps certain).


- Vernir la coque et le franc bord intérieur et extérieur. Ne pas vernir le pont. Attendre le séchage et revernir. Le vernis durci le bois.

- Percer 3 trous au diamètre d’une aiguille à coudre dans les francs bords à distance égale en partant du milieu de manière que les trous rasent le pont. Avec une petite perceuse mais vous pouvez aussi avec une aiguille. Ce que je fais.


- Percer deux autres trous en poupe (arrière), dans le franc bord au ras du pont, de part et d’autre d’une ligne centrale imaginaire. En fait de chaque coté d’où serra collé la barre franche. (reliée à son safran).


- Percer un trou de la grosseur d’une baguette de bambou de barbecue au milieu de la coque, dessous, pour maintenir le bateau sur un support en bois percé au centre.


- Percer un trou d’un millimètre, ou un peu moins, en proue, pour y introduire une fine proue qui sortira d’environ 1 centimètre. Réduire un cure dent en pointe et le coller dans ce trou. (Fixation en surliure collée du bas du génois).


- Limer en pointe un fin cure dent et l’introduire en proue.


- Limer à la ponceuse des cures dents les plus fins possible pour en faire des mats et des bômes. Les mats doivent mesurer la longueur du bateau ou un peu plus, tout dépend de la longueur de la noix.


- Percer un trou du diamètre cure dent-mat dans le pont au 1 tiers avant ou un peu plus mais moins que le milieu, en partant de la proue pour y fixer le mat. Regarder des photos de voilier. Que l’implantation soit harmonieuse.


- Pincer un petite boucle de fil de fer, 0,2 ou 0,3 (je mesurerais prochainement le mien au pied à coulisse) pour faire un  œil de la au diamètre d’une aiguille et une torsade de 2 millimètres de long. Une aiguille normale doit rentrer dans la boucle sans forcer.


- Revernir l’extérieur et l’intérieur du franc bord. Refaire après les trous avec une aiguille.


- Fixer cette torsade au mat en laissant sortir la boucle au dessus de la tête de mat, comme vous le feriez en surliant un  hameçon ou un œillet de canne à pèche. Cette boucle servira à passer les haubans.

- Faire de même en bout de bôme.


- Faire de même en bout de proue.


- Réunir bôme et voile en surliant de façon que la bôme soit à trois millimètres au dessus du pont, voir un peu moins.


- La bôme doit s’articuler ver le haut. De façon à pouvoir la relever le long du mat, que mat, bôme, voile et haubans puissent rentrer pliés dans la bouteille.


- Regarder des photos de voiliers pour garder les proportions. Tout dépend de la longueur de la coquille de noix et donc du mat.


- Avec une fine baguette de bambou pointue coller la jonction à la colle blanche à bois. Si vous n’avez pas noué, maintenir le collage avec une petite pince en plastique.


- Prendre un fil d’au moins 10 centimètres, le plus court, le courant, celui avec lequel vous allez surlier d’environ 5 centimètre, l’autre, le dormant sera pris dans une pince en plastique que vous laisserez pendre, de façon à être sous tension. C’est bien plus facile.

 

- Vous coller et pincer avec une pince pour tenir la surliure serrée. Vous pouvez également faire un nœud. Pas toujours facile. Et pour toutes les surliures vous ferez de même. Là sont les secrets, que ce soit facile !


- Fabriquer une grand voile : Poser la jonction mat-bôme sur un papier à 90 °. Relier par points les dimensions triangulaires de la voile. Haut du mat, jonction mat-bôme et bout de bôme. Couper une voile en papier. Vérifier qu’elle est bien à la bonne dimension en la posant sur le mat-bôme. Couper une grand voile à cette dimension en tissus ou papier au scalpel.


- En partant de la jonction mat-bôme coller sur ces deux bordures de la voile, à ras bord,  un long fil (fil à voile, ou autre fil blanc solide). Pour ce faire, mettre de la colle sur une pointe de bambou, peindre finement à la colle les deux bordures de la voile, tendre les fils dessus de manière à ce qu’ils tiennent. Un fil suivra la hauteur du mat et passera dans la boucle en fer. L’autre fil suivra la longueur de la bôme et entrera dans sa boucle. Couper les fils excédents qui sortent de la jonction mat-bôme.


- Les fils doivent dépasser d’au moins quarante centimètres des pointes de la voile. De manière à sortir de la bouteille pour être tendus par des pinces.


- Fabriquer le génois : Positionner le mat dans son logement sur le pont. Il doit rentrer sans forcer mais bien tenir. Poser le bateau sur une feuille de papier. Relier par des points : le  haut du mat, pointe de proue et le milieu du bateau. Couper un génois à cette dimension dans du papier. Vérifier qu’il est harmonieux. Couper le génois dans du tissu ou papier.


- Coller quatre fils sur les bordures du génois :


Deux de chaque coté de la voile, qui partent de part et autre  de la pointe de la proue vers le haut du génois, ils doivent dépasser la voile des deux cotés sur une longueur minimum de 30 centimètres. L’un de la pointe servira pour accrocher le bas du génois à la proue (et sera coupé au ras de la surliure collée), l’autre passera dans l’œil de tête de mat pour descendre dans un trou d’aiguille du franc bord en hauban bâbord (gauche en regardant l’avant du bateau dans le sens de la marche), l’autre encore dans l’œil de tête de mat pour redescendre en haubans tribord dans un trou d’aiguille du franc bord.


Deux autres horizontaux de chaque coté : de la proue vers le milieu du bateau. Ils doivent dépasser de 30 centimètre vers le milieu du bateau et non en proue comme le génois. Ils passeront chacun dans un trou d’aiguille de poupe de part et autre du safran, pour remonter dans l’œil de tête de mat et redescendre en haubans dans un trou d’aiguille du franc bord.


- Peindre mat et bôme en noir, sans peindre le coté ou sera collé la voile. Sinon poncer délicatement ce coté que la colle blanche prenne.
Coller la voile sur le mat et la bôme. Serrer avec des pinces.


- Peindre le pont en marron avec une bonne peinture à l’eau.


- Décoration, Casiers à homards: enrouler du fil marron autour d’un morceau de coton tige plastique sur 4 millimètres et le coller. Attendre que ça sèche. Retirer doucement le rouleau. En faire cinq ou six. Les coller sur le pont, entassés et superposés ou non en pied de mat ou ailleurs sur le pont.


- Coller sur le pont le long des casiers et des francs bords de très fines perles rouges et vertes pour simuler des bouées. Quelques unes mais pas trop. Attention de ne pas les coller devant les trous des francs bords.


- Fabriquer un filet de pèche : entortiller du fil noir sur lui-même de manière à lui donner une consistance, sur 4 centimètres, plus ou moins selon la hauteur de la coque, faire une boucle : la coller sur le pont, laisser pendre le reste et le coller sur la coque.


- Fabriquer une barre franche de 6 à 7 millimètres avec un très fin cure dent. Et la coller sur le franc bord arrière, en poupe, au milieu.


- Fabriquer un safran, épaisseur 0,2 ou 0,3, hauteur à ras du franc bord en poupe, et vers le bas un peu plus que le milieu de la hauteur de la coque


- Poncer la hauteur de la ligne ou serra collé le safran.


- Coller le safran en poupe à ras bord du franc bord dans l’axe de la barre franche.


- Peindre en noir barre franche et safran.


- Fabriquer une ancre avec du fil de fer très fin. (explication plus tard).


- Coller sur la proue avancée en surliure l’un des fils du bas du génois pour le fixer. Couper au ras du collage.


- Implanter le mat avec sa voile dans le pont.


- Planter une baguette de bambou dans le trou sous la coque et la fixer également dans un morceau de bois en support. Votre coquille est droite sur la table.


- Le génois étant fixé à la proue, passer les deux fils du haut du génois dans l’œil du mat et les faire descendre en haubans, de part et d’autre du bateau – bâbord et tribord- dans le premier trou d’aiguille avant du franc bord.

 
- La grand voile étant collée, passer les deux fils du haut dans l’œil de tête de mat et les faire descendre de part et d’autre dans le second trou d’aiguille du franc bord. Vous avez 4 haubans.


- Passer les deux autres fils du bas de la grand voile de part et d’autre du safran, les monter et les passer dans l’œil de tete de mat et les descendre de part et d’autre dans les trous d’aiguille arrières restant. Vous avez 6 haubans. Si vous en voulez plus, ajouter des fils et des trous mais attention au final que les fils ne se bloquent pas dans les trous car ils vont être peints et vernis.


- Tous ces fils doivent pendre de chaque coté du bateau sur son support sans ce mélanger.


- Bien tirer ces fils qu’ils soient sous tension, pincer chacun de ces fils avec une pince en plastique pour les tendre vers le bas. Tous les haubans sont tendus.


- Les peindre en noir sans toucher ni la voile ni les trous d’aiguille. Pour ce faire glisser un petit papier entre le mat et les haubans.


- Les vernir avec du vernis incolore pour qu’ils ne prennent jamais l’humidité future et qu’ils restent ainsi toujours sous tension dans la bouteille finie.


- De chaque coté, les réunir ensemble avec un morceau de papier collant. Marquer ces papier B et T ou G ou D de manière à les différencier s’ils s’emmêlent à la sortie de la bouteille.


- De chaque coté les entourer ensemble par un grand fil réuni en boucle.


- Faire tomber le mat et les voiles et les poser sur le pont de la coque.


- Bloquer une bouteille sur un support à l’horizontale.


- Introduire le bateau dans la bouteille par l’avant et le faire pivoter sur un coté avec la poignée de fils bâbord ou tribord.


- Tirer sur le fil qui entoure ce groupe de fils pour ne pas qu’ils se mélangent au dessus du trou du mat.

- Implanter le mat avec une longue pince sans qu’il se prenne le pied dans un fil.

 
- Retirer le papier collant de l’un de ce groupe de fils et  couper et retirer le fil de groupage.


- Tendre les fils un à un à l’extérieur avec des pinces.

- Introduire une seringue avec une aiguille courbée et mettre un point de colle derrière le trou de chaque haubans à la hauteur du pont, qu’il sèche. Faire de même avec les deux autres.


- Tirer sur chaque fil collé et les couper au ras bord avec un scalpel.


- Tourner le bateau et refaire les mêmes opérations sur ce franc bord.


- Bloquer le bateau haubané à l’intérieur de la bouteille avec deux baguettes de bambou et des pinces. Il ne faut plus qu’il bouge.


- Mélanger de la colle blanche avec du colorant bleu ou vert ou les deux et introduire cette colle – la mer – à l’intérieur de la bouteille avec une grosse seringue prolongée d’un tube en plastique souple, sous la coque du bateau, attention à n’en pas en mettre sur le verre à l’intérieur –ni trop ni pas assez – attention au sortir de la seringue qu’elle ne goutte pas, ce n’est pas facile.


- Attendre une journée que la colle sèche un peu. Positionner le bateau sur cette colle et le bloquer avec deux tiges de bambous et pinces, chauffer la bouteille plusieurs jours avec une lampe infra rouge ou un chauffage pour faire durcir la mer.


Baderne triangulaire


Baderne ronde


Nœud Chinois

Noeud Turc

 

 

Réalisations

 

1)  Thonier avec un mat, un génois, une voile latine (triangulaire).

 

2)  Les nœuds : baderne ronde, baderne triangulaire, bouton chinois, nœuds turcs.

 

3)  Thonier avec deux mats, un génois, deux voiles auriques.

 

4)  Voilier gréer en Goélette (deux mats, artimon - plus haut que la grand voile- un génois, deux voiles latines).

 

5)  Voilier gréer en Ketch (deux mats, artimon - plus court – un génois, deux voiles latines).

 

6)  Galion : La Santa Maria (Deux pont, un château, trois mats, 4 à 6 voiles carrées).

 

7)  Galion : La Niña (Deux ponts, trois mats, 3 voiles carrées et une aurique).

 

8)  Galion : La Pinta (deux ponts, un château, trois mats, 4 à 6 voiles carrées).

 

9)  Un jonque. 3 mats, un pont, un château, 3 voiles lattées en bambou.

 

10) Bouteille en lampe de chevet ou en applique à leds

 

 

 

 

 

#2 bateaux en bouteille.jpg     #1 livre que j'ai aimé Blatnoi roman policier amazon kindle.jpg

 

DSCI2048.JPG

 

#Bateaux en bouteilles.jpg   #3 Livres que j'ai aimé Le ciel en enfer roman historique amazon kindle.jpg

 

DSCI2045.JPG

 

#Gallion en bouteille.jpg    #1 livre que j'ai aimé Blatnoi roman policier amazon kindle.jpg

DSCI2048.JPG

 

#La Nina Gallion en bouteille de Cristophe Colomb.jpg     #La Santa Maria gallion de cristophe colomb en bouteille.jpg

DSCI2051.JPG

 

#Coquilles de noix en bouteille.jpg      #Jolis bateaux en bouteilles 1.jpg

DSCI2022.JPG

Dans les îles, les bouteilles ne sont pas faciles à trouver. Ces bouteille sont parfaites pour faire des lampes de chevet à leds.

 

#2 bateaux en bouteille.jpg           #Bateaux en bouteilles patrick letellier.JPG



DSCI1990.JPG

Je prépare mes créations en série, pendant qu'une pièce sèche, j'en attaque une autre.

 

BATEAU1.jpg

 

DSCI1983.JPG

 

Voile et coque sur un plan de coupe.

 

DSCI1999.JPG

 

Un peu tôt peut-être pour attaquer le pinard du soir. Parfois je me lâche.

 

DSCI1992.JPGDes gants pour ne pas salir les noeuds.

 

DSCI2060.JPG

 

 Pour commenter aucune obligation d'adresse mail, un pseudo suffit!

 

Mots clefs: bateaux en bouteille faciles pour les enfants, bateau en bouteille facile, noix, coque de noix, coque de noix en bouteille, nœuds, nœuds marins, baderne, nœud turc,



09/12/2013
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 51 autres membres