A petaouchnoc

A petaouchnoc

Ortie (Urtica dioica ou urtica urens)

 

(Ortie dioique, grande et petite ortie, ortie brûlante, ortie piquante, ortie gringe, ortie grièche)

 

Indication :

     Cancer, anémie, chlorose, dartres, eczéma, dépuratif et régénérateur du sang, fonctions digestives, lourdeurs ou crampe d’estomac, diabète, l’urticaire avec des douleurs brûlantes, l’hydropisie, rhumatismes, sécrétion urinaire, la diarrhée, l’entérite et les hémorragies, hémorragies internes et utérines, saignements de nez , les hémorroïdes, l’entérite, impuissance, incontinence d’urine (l’énurésie : pipi au lit).

 

ortie urtica dioica.JPG

 

     Elle ne mérite pas sa mauvaise réputation. Naguère elle servait de nourriture à la volaille et aux cochons. Les maquignons la mêlaient à l’avoine pour rendre les chevaux plus fringants et leur donner un poil brillant. Ses graines incorporées à la pâtée poussent les poules à pondre davantage. Elle servait aussi de super détergent au nettoyage des ustensiles de laiterie. Ses tiges, soumises au rouissage comme le chanvre, fournissent un bon fil utilisé par les pêcheurs, pour la fabrication des cordages et des filets.

 

 

 

     De nos jours l’homéopathie la prescrit – Urtica urens – dans l’urticaire avec des douleurs brûlantes et lorsque le prurit est intense.

 

    L’ortie est considérée comme un fortifiant général (anémie, chlorose), un dépuratif et régénérateur du sang (dartres, eczéma), un stimulant des fonctions digestives (lourdeurs ou crampe d’estomac), un appoint précieux dans le traitement du diabète et un médicament non négligeable contre l’hydropisie et les rhumatismes puisqu’elle facilite la sécrétion urinaire. Elle est aussi utilisée également avec succès dans la diarrhée, l’entérite et les hémorragies.

 

grande ortie male urtica dioica.JPG

  

 

   On emploie ses feuilles et ses racines fraîches ou séchées, récoltées de préférence au printemps , en décoction légère à la dose d’une tasse avant les trois repas.

   

     Contre les hémorragies internes et utérines, les saignements de nez fréquents, les hémorroïdes, l’entérite, le Docteur Leclerc recommande, soit le suc de plante fraîche soit le sirop d’ortie.

 

ortie urticante.JPG

 

     En usage externe, le suc de plante fraîche (feuille, tige ou racine), introduit dans les narines sur un morceau de coton, arrête presque instantanément l’hémorragie nasale.

 

     Les graines ont aussi leur utilisation. Galien déclarait que : « prises en breuvage en vin cuit, elles excitent au jeu de l’amour et les conseille contre l’impuissance (une cuillérée à café de semences réduites en poudre mélangée à du miel).

 

     Mais elles ont avant tout un remède courant à la campagne contre l’incontinence d’urine des enfants (énurésie ou pipi au lit) sous forme de gâteau  ou de confiture.

 

     Pour tonifier le cuir chevelu, combattre la calvitie et faire disparaître les pellicules, vous pouvez recourir aux lotions quotidiennes.  Un autre procédé consiste à se peigner à rebours chaque matin avec un peigne trempé dans le suc d’ortie.

 

Utilisation

 

Tisane :

 

     50 à 50 g de feuilles dans un litre d’eau. Faire bouillir deux à trois minutes. Laissez infuser dix minutes. Ou 30 à 40 g de racine pour un litre d’eau. Chauffer à feu doux jusqu’à ébullition. Laisser bouillir au moins cinq minutes et infuser dix.

 

Suc de plante fraîche :

 

     100 à 125 g par jour, pris en plusieurs doses entre les repas.

 

Sirop d’ortie :

 

     Verser un litre d’eau bouillante sur 250 de feuilles fraîches, laissez infuser 12 heures. Filtrer et ajouter 500 g de sucre de canne ou miel naturel, 200 à 300 g. 200 g par jour en plusieurs prises entre les repas.

 

Gâteau :

 

     16 g de semences d’orties pilées et 60 de farine de seigle. Faites une pâte en ajoutant de l’eau chaude et du miel. Formez 6 petits gâteaux que vous ferez cuire au four. Donnez tous les soirs un gâteau à manger à l’enfant pendant huit à vingt jours.

 

Lotions :

 

     Faire bouillir pendant ¼ d’heure 100 g de racine dans un litre d’eau, filtrer. Ou en macération alcoolisée : faire macérer pendant quinze jours dans un litre d’alcool à 45°, d’eau de vie ou de rhum, 60 g de racine et 60 g de sommités fleuries de marjolaine. Filtrer.

 

 

 

 

 

Mots clefs: ortie, Cancer, anémie, chlorose, dartres, eczéma, dépuratif et régénérateur du sang, fonctions digestives, lourdeurs ou crampe d’estomac, diabète, l’urticaire avec des douleurs brûlantes, l’hydropisie, rhumatismes, sécrétion urinaire, la diarrhée, l’entérite et les hémorragies, hémorragies internes et utérines, saignements de nez , les hémorroïdes, l’entérite, impuissance, incontinence d’urine, énurésie, pipi au lit.



10/03/2016
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres