A petaouchnoc

A petaouchnoc

Soigner les maladies utiles est dangereux

 

     Il ne faut pas chercher à guérir les maladies de peau : l’eczéma, les bobos, les saignements de nez, les hémorroïdes qui saignent, les petites croutes purulentes, etc. Sous peine d’en mourir. Il est vrai, c’est souvent difficilement acceptable. Peu de gens le peuvent. Ils contribuent ainsi à payer la nouvelle roue de la Porsche du boucher traitant.

 

     Ces symptômes sont des portes de sorties naturelles du disfonctionnement d’un organe, généralement le foie. Ils suivent un chemin que l’on pourrait appeler un méridien, le méridien des acuponcteurs chinois.

 

     Le symptôme est toujours opposé à l’organe qui le génère. Un bobo sur l’oreille gauche peut provenir du foie qui est à droite. Les médecins d’aujourd’hui, qui sont subventionnés par Big-Pharma, ont appris à soigner les symptômes, mais pas la cause.  Si vous supprimez une porte de sortie, l’organe attaqué va se révolter et en chercher une autre. Une croute brulée sur la joue va ressortir sur le nez ou ailleurs, souvent pire, sur un autre organe et se transformer en cancer.  

 

     Le pus dans une plaie est lui aussi utile. Il tue les mauvaises bactéries en protégeant les bonnes, ce que ne font pas les médicaments :  en soignant un symptômes ils déclenchent une autre cause. Les symptômes doivent donc être traité par des moyens naturels, nettoyés avec des plantes et non à coups de hache. Contrairement à la désinformation postillonnée depuis un siècle par les menteurs patentés de  Big-Média, nos grands-mères contrôlaient leur hygiène de vie et surtout leur alimentation,  traitaient souvent les plaies purulentes avec des sangsues. La vieille médecine de guerre aussi.

 

     Un conseil : laissez vos fruits et légumes tremper toute la nuit dans de l’eau saupoudrée  d’argile verte. L’argile a la propriété d’amalgamer tous les corps non naturels en les extrayant de vos fruits et légumes: pesticides, sulfates, chlore  et autres saloperies inventées par la Mal-bouffe, relayées par les coopératives, pour vous nuire. Ne pas les relaver avec l’eau dégueulasse du robinet, mais les essuyer avec un torchon ou du papier.

 

Référence :  Julien Besançon(1862-1952) : Ne pas dételer ; Jean Palaiseul : nos grand-mères savaient ;

 

Mots-clefs : Maladies utiles ;maladies qu’ils ne faut pas soigner ;hémorroïdes ;foie ;organe ;saignements de nez ;médecins ; Jean Palaiseul ; Julien Besançon ;croute sur l'oreille;croute sur le nez

 



04/05/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 62 autres membres